Atlantic Rim (2013)

Résumé : Lorsque des monstres géants sortent du fond de l’océan Atlantique et attaquent les côtes américaines, le gouvernement est forcé de faire confiance à un trio de soldats dépravés, qui se spécialisent dans la conduite de robots géants.

Critique :

Parfois, le studio américain The Asylum est capable de faire de bons petits films. C’est plutôt rare, mais dans leur démarche de parodier les grands succès d’Hollywood, ils sont parfois capables de faire un divertissement potable. Rien de très génial, mais le studio parvient à surprendre à de rares occasions. Évidemment, ce n’est pas le cas avec Atlantic Rim, une mauvaise parodie de Pacific Rim.

En réalité, Atlantic Rim repousse les limites de médiocrité pour créer l’un des plus mauvais films de tous les temps. Le long-métrage débute en force avec une séquence d’introduction sur une plateforme pétrolière où travaillent des beautés désespérées; une plateforme qui sera rapidement attaquée par une créature géante. Par la suite, Atlantic Rim suit trois pilotes de robots géants qui combattent – presque – des monstres qui éclosent constamment d’œufs placés au fond de l’océan.

Oui, nos héros combattent presque les monstres, car Atlantic Rim jouit d’un curieux problème où plein de choses se passent constamment à un rythme si rapide que nous avons l’impression que rien de n’y déroule. Le film nous lance constamment des sous-intrigues étranges et inutiles pour étirer la sauce le plus longtemps possible. Nous avons un commandant de l’armée déguisé en Snake Plissken qui a un désir profond de tuer des gens. Nous avons un triangle amoureux centré sur un baiser amical. Nous avons l’un des personnages principaux devant sauver une fillette d’un bar ravagé par des flammes qui n’existent même pas…

Mais ce que nous n’avons pas, c’est une parodie «sérieuse» de Pacific Rim. La prémisse du film de Del Toro est si facile à copier – des robots et combattent des monstres – que c’est très dommage de regarder un navet si épouvantable. L’intrigue principale d’Atantic Rim est si diluée qu’elle devient par moments secondaire. Et lorsque nous assistions enfin à un combat entre un robot et un monstre, nous sommes pris en otage par des incohérences si énormes que les autres nanars de The Asylum auraient honte d’Atlantic Rim. Que ce soit les dialogues, les situations ou les décors, rien n’a du sens et tout risque de s’écrouler à tout instant.

Lorsqu’il n’est pas handicapé par des décors fragiles en carton, par des sonars qui montrent la mauvaise section de la planète ou par des effets spéciaux médiocres, Jared Cohn (The Horde) offre une réalisation assez compétente. Le cinéaste a quelques bons moments qui nous font presque oublier que nous regardons un film de The Asylum, comme des plans de caméra un peu jolis ou son hommage / imitation du premier Avengers. Mais avec la quantité de mauvaises scènes (nos héros faisant une danse de la victoire au milieu de cadavres…), il est assez difficile de constater cette unique qualité qui évite à Atlantic Rim la note de 0 étoile. N’aidant pas Cohn dans sa démarche, le montage d’Atlantic Rim est affreux. C’est un peu comme si quelqu’un aurait déféqué sur le tas d’excréments qu’est Atlantic Rim. Des scènes sont trop, trop, trop longues et d’autres ont un côté malsain qui provoque un malaise (un moment intime entrecoupé par des scènes de destruction).

Et c’est sans grande surprise que nous pouvons affirmer que la distribution d’Atlantic Rim est mauvaise. Le trio principal (David Chokachi (Baywatch), Jackie Moore (Westworld) et Anthony ‘Treach’ Criss (The Art of War III: Retribution)) ne semble démontrer aucun talent d’acteur avec des performances terriblement fades et amatrices. Graham Greene (Wind River) apporte un peu de crédibilité à l’ensemble, mais lui aussi il est conscient du navet dans lequel il se trouve…

Atlantic Rim est si mauvais qu’il est impossible de le recommander à une seule personne. Nous avons ici le pire de The Asylum. En n’offrant rien pour divertir, Atlantic Rim ne mérite même pas d’être vu, sauf si comme Actionerd, vous voulez faire une « rétrospective » pour souligner la sortie d’une suite présentement disponible au Canada…


Réalisation : Jared Cohn

Scénario : Richard Lima, Thunder Levin, Hank Woon Jr.

Avec : David Chokachi, Jackie Moore, Anthony ‘Treach’ Criss, Graham Greene, Steven Marlow

A propos de Michaël Michaud 447 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.