Baby Driver (2017)

Résumé : Après avoir été contraint de travailler pour un chef du crime, un jeune chauffeur se retrouve à participer à un braquage voué à l’échec.

Critique : 

J’ai finalement pris le temps de regarder Baby Driver. Un film d’action d’Edgar Wright ( Swaun of the Dead) dont on a dit beaucoup de bien. Cependant, la présence de Kevin Spacey (House of Cards) vient ternir un peu l’image de marque du divertissement. Un regard frais et vierge s’impose alors pour le long-métrage vieux de quelques années.

Baby est un jeune conducteur d’escapade partiellement malentendant qui peut faire n’importe quelle manœuvre tant qu’il a la bonne voiture entre les mains. C’est un talent essentiel dont il a besoin pour survivre à sa dette avec le chef du crime, Doc, qui apprécie son rôle dans ses vols méticuleusement planifiés. Cependant, juste au moment où Baby pense qu’il est enfin libre d’avoir sa propre vie avec sa nouvelle petite amie, Debora, Doc le contraint à un autre travail. Maintenant coincé avec une équipe de voyous trop instable pour suivre les plans de Doc, Baby se retrouve face à un terrible danger.

S’inspirant des film de bandits et de gangsters des années 60 et 70, Baby Driver se lit à la fois comme un hommage à cette époque où les scélérats concluaient leurs aventures la crinière au vent avec un muscle,-car entre les mains et une belle demoiselle à leurs côtés, et comme un hommage aux films musicaux de la même époque (ou presque). Même qu’une présence subtile de Walter Hill, le cinéaste responsable de plusieurs des sources d’inspiration d’Edgar Wright,

La plus grosse différence entre Baby Driver et un film d’action de cette époque, c’est le traitement à la musique. Un peu comme un musical, le cinéaste nous présente de nombreux numéros musicaux. Sauf qu’au lieu de regarder les acteurs se brasser le popotin, c’est les scènes elles-mêmes qui déambulent devant nos yeux. Un ballet violent s’exécute alors entre notre héros qui valse au volant de sa voiture aux mains de nombreux succès populaires.

Oui, car Baby Driver est d’abord et avant tout un exercice de style. Cet artifice cache une histoire assez légère. Ce n’est pas une énorme critique envers le divertissement, mais on ressent surtout ce problème dans le deuxième acte. Le milieu de Baby Driver peine à être intéressant. L’intrigue est à l’arrêt et durant cette pause on remarque facilement les fissures sur les fondations de l’oeuvre. On a simplement envie que la folie musicale recommence et nous en mette plein la vue pour une nouvelle fois. Ce que Baby Driver parvient à faire éventuellement, mais il est un peu trop tard pour que le long-métrage se mérite la note d’une oeuvre pleinement mémorable.

N’empêche que la distribution du film est l’autre grande raison de Baby Driver. Ansel Elgort (West Side Story) a la tâche ardue de porter le long-métrage sur ses épaules et de faire face à des grosses pointures du cinéma américain. Le petit fait du bon boulot, bien que tout le reste de la distribution lui vole la vedette. Jon Hamm (Mad Men), Kevin Spacey, Jamie Foxx (Collateral) et Jon Bernthal (Fury) sont comme des joueurs de Baseball qui tentent d’obtenir un coup de circuit. Le quatuor amène des couleurs et de la vie à Baby Driver avec des performances éclatées et franchement mémorables. Sans ce groupe d’acteurs, il est clair que le film ne serait pas aussi mémorable.

Baby Driver propose une aventure classique du criminel avec un cœur qui tombe amoureux d’une belle femme et qui décide de s’enfuir avec elle. En apportant des influences musicales, le divertissement parvient à se démarquer. Pas assez pour être mémorable, mais suffisamment pour passer une belle soirée en amoureux.


Réalisation : Edgar Wright

Scénario : Edgar Wright

Avec : Ansel Elgort, Jamie Foxx, Jon Hamm, Eiza González, Lily James, Kevin Spacey, Jon Bernthal

Baby Driver (2017)
4

Résumé

Baby Driver est un bon film d’action fusionnant les effusions de sang et des succès pop pour notre plus grand plaisir.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *