Boris and the Bomb (2020)

Résumé : Que se passe-t-il lorsqu’un agent du KGB échoué, qui a fait défection vers les États-Unis, monte sur le siège arrière d’un Uber avec une bombe nucléaire qu’il doit désarmer en 48 heures?

Critique : 

Parfois on peut trouver dans des productions à faible budget quelque chose qu’il est impossible de retrouver ailleurs. Même si le produit final n’est pas nécessairement grandiose, le cœur et la passion des artisans devant et derrière la caméra parviennent à charmer. Boris and the Bomb n’est pas un excellent divertissement, mais des efforts mis à la bonne place et un charme indéniable sont venus rapidement nous conquérir.

Il y a quelques décennies de cela, un agent du KGB nommé Boris est incapable de mener à bien sa mission qui résulterait à la mort de l’amour de sa vie – la femme de son meilleur ami. Fuyant en Amérique après avoir tué cet ami et emportant une bombe nucléaire, Boris mène une vie relativement paisible et remplie d’aventures. Trente ans plus tard, le membre d’un groupe mystérieux le torture afin de découvrir l’emplacement de la bombe. Avec des hommes de main et le FBI à ses trousses, Boris n’aura d’autre choix que de demander l’aide d’un chauffeur de taxi pour mettre l’engin explosif en sûreté.

Boris and the Bomb est, comme l’absurdité de son titre, une sorte de parodie qui n’est pas nécessairement drôle, mais qui n’est pas « pas drôle » non plus. C’est assez difficile à expliquer. Cela fait des lustres que je n’aie point écouté des films ou des séries qui ont eu le même impact. Le long-métrage a des forces en terme de ton et d’ambiance qui nous ramène à l’époque des serials américains ou des premiers Indiana Jones. Cependant, en visionnant Boris and the Bomb, on n’est pas certain de savoir si les artisans derrière ce projet voulaient aller dans cette direction, si le film va réellement dans cette direction, ou si c’est tout simplement moi qui veux aller dans cette direction.

Le film repose entièrement sur les épaules de J. Anthony McCarthy, un acteur expérimenté habituellement confiné à des rôles frôlant la figuration ou presque (selon IMDB). Dès les premiers instants, J. Anthony McCarthy donne à Boris un air de nounours. Il est un peu comme l’oncle préféré qui a toujours de folles histoires à raconter aux enfants. Besoin d’un taxi, il donne mille dollars au chauffeur. Il refuse ? Voilà mille dollars de plus. Cette énergie fonctionne parfaitement, McCarthy a une excellente chimie avec Steve Sabo, le chauffeur de taxi, et avec la bombe nucléaire. C’est principalement à cause de lui que Boris and the Bomb fonctionne.

Soyons francs pendant quelques minutes. Boris and the Bomb est à la surface un film assez mauvais. Avec un budget visiblement petit, David Kronmiller travaille avec les moyens d’un cinéaste amateur. À l’oeil, on pourrait presque affirmer que le gouvernement a mis plus d’argent pour promouvoir le recyclage dans un spot publicitaire que les financiers de Boris and the Bomb ont mis dans cette oeuvre. Certains passages, comme la séquence dans un hôpital psychiatrique, n’ont rien de particulièrement réussi. Et l’histoire, malgré ses nombreux revirements, n’est pas si intéressante que cela. Peu importe, car ce n’est pas important. Comme mentionné plus haut, Boris and the Bomb est un projet mené par la passion de ses artisans et par l’effort de ceux-ci.

Le long-métrage a un excellent acteur principal. Le reste de la troupe n’est pas si mauvaise que cela et on a le droit à quelques noms connus dans la distribution, dont T. J. Storm (Punisher: War Zone). L’acteur et spécialiste d’arts martiaux est la seule raison au départ du visionner de Boris and the Bomb. Storm obtient ici une autre occasion de briller avec quelques combats plutôt agréables. En réalité toute l’action du film est sympathique à regarder. Le divertissement va peut-être un peu trop loin avec un affrontement final qui consiste à une bataille générale dans un « Tiki Bar » en plein air. Une bataille avec des hommes de main portant des tuques de laine arborant des fausses barbes. Mais hé! Il faut garder l’esprit ouvert. Après tout, Boris and the Bomb aura certainement la meilleure scène d’action de 2020; dans la catégorie « Tiki Bar » …

Disponible sur Amazon au Canada, Boris and the Bomb est une oeuvre qui sera rapidement camouflée dans les entrailles de la plateforme. Il n’en demeure pas moins que c’est un film d’action compétent, fait par des passionnés pour des cinéphiles comme moi.


Réalisation : David Kronmiller

Scénario : David Kronmiller, Jennifer Emily McLean

Avec : J. Anthony McCarthy, Steve Sabo, Faran Tahir, Kavi Ladnier, T.J. Storm, Molly Hagan, Pete Gardner

Boris and the Bomb (2020)
3.3

Résumé

Boris and the Bomb est une agréable aventure avec un espion russe et sa bombe nucléaire…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *