Atomic Blonde (2017)

Résumé : Une agente du MI6 est envoyée à Berlin durant la Guerre Froide pour enquêter sur le meurtre d’un collègue et pour retrouver une liste d’agents doubles.

Critique :

J’aurais tant voulu aimer Atomic Blonde et lui offrir le titre de film de l’année. Et pourtant, il ne manquait pas grand-chose pour louanger le premier projet en solitaire de David Leitch, qui a contribué au premier John Wick. Les deux longs-métrages paraissent, sur papier, être assez identiques avec une formule gagnante entre les mains de Leitch. Cependant, Atomic Blonde n’est pas John Wick si c’est bien dommage.

Le long-métrage a un seul défaut, mais il est si important qu’il diminue l’impact de la pellicule de David Leitch. Kurt Johnstad (300), scénariste du long-métrage, a choisi de nous raconter le périple de l’héroïne, et ce de façon littérale. Tout Atomic Blonde se déroule dans une salle d’interrogatoire où l’espionne raconte son aventure de Berlin, venant ainsi retirer toute tension. En sachant que la dame survivra à son aventure, il ne nous reste que quelques pièces du casse-tête à trouver. Néanmoins, un cinéphile averti saura, très facilement et dès les premières minutes, réaliser les tournures que prendront les personnages principaux et secondaires. Atomic Blonde devient ainsi rapidement ennuyeux et prévisible.

Heureusement, les scènes d’action sont là pour éviter que l’on s’endorme. David Leitch est parvenu à faire de Charlize Theron une actrice de haut niveau, en termes de cinéma d’action. Le cinéaste fait de l’interprète la prochaine Liam Neeson, en prenant une actrice dramatique pour en faire une déesse mortelle. Et Atomic Blonde n’a rien à envier sur ce point à John Wick, même si en étant seul, Leitch ne peut répliquer son précédent exploit. Son long-métrage est parfait sur le plan technique, mais le cinéaste fait traîner les choses la plupart du temps, ce qui rend même LA grosse scène d’action d’Atomic Blonde longue et ennuyeuse.

C’est très triste surtout que tous les acteurs mettent la main à la pâte pour créer ces scènes. Comme mentionné ci-haut, Charlize Theron donne son maximum et devient temporairement la femme d’action nécessaire à son personnage. Sofia Boutella (The Mummy) et James McAvoy (X-Men: Days of Future Past) sont également présents dans ce domaine et ils participent dans une moindre mesure aux scènes d’action. Et en bonus, nous avons même un Daniel Bernhardt (La saga Bloodsport) en tant que l’un des méchants principaux d’Atomic Blonde; une belle marque d’amour pour les admirateurs de la vedette du cinéma d’action des années 90.

Atomic Blonde reste l’un des bons longs-métrages de 2017. En tant que film d’action, nous ne pouvions pas espérer mieux. Atomic Blonde trébuche un peu trop sur le plan narratif, mais ne nous empêche pas d’en tirer une certaine forme de divertissement…


Réalisation : David Leitch

Scénario : Kurt Johnstad

Avec : Charlize Theron, James McAvoy, Eddie Marsan, John Goodman, Toby Jones, James Faulkner, Roland Møller, Sofia Boutella, Til Schweiger, Daniel Bernhardt

A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.