Cold War 2 (2016)

Résumé : Tandis que Sean Lau est maintenant un commissaire de police, il apprend que sa femme est kidnappée. Sean devra demander de l’aide à son ancien rival, Waise Lee, pour sauver la vie de sa famille.

Critique :

À ma décharge, je n’ai aucunement visionné le premier Cold War. Il faut dire qu’à l’époque de sa sortie, Cold War était l’une des nombreuses victimes du manque d’intérêt des distributeurs de proposer du cinéma asiatique au peuple québécois. Heureusement, grâce à des compagnies comme Well Go USA, les plus grands succès de l’Asie sont aujourd’hui facilement disponibles au public. C’est d’ailleurs sous la gouverne de Well Go USA que Cold War 2, débarqua dans notre belle province, quelques mois après son triomphe au box-office chinois où il a obtenu plus de 100 millions de dollars au box-office.

Le commandant Lau reçoit un mystérieux appel d’un criminel masqué lui indiquant que sa femme est en danger et qu’il doit libérer Joe Lee, récemment capturé par les services de Lau, pour sauver la vie de sa douce. Lau fait venir Lee à son commissariat où il apprend qu’il aura un appel dans une dizaine de minutes afin de transporter le prisonnier en lieu sûr. Malgré les réticences du père du criminel – qui est également un collègue de travail -, Lau s’exécute sans se douter que le transport sera un échec qui résultera en une explosion dans un métro bondé de civils. Et néanmoins, cet incident n’est que le début d’une vaste machination contre le commandant Lau…

Ne croyez pas que le paragraphe précédent vous dévoile toute l’intrigue de Cold War 2, puisque ces quelques lignes ne représentaient que les premières minutes du long-métrage. Dans ce qui constitue l’un des problèmes majeurs du film, Cold War 2 nous balance à la figure l’équivalant d’un troisième acte hollywoodien sans permettre au spectateur de bien connaitre ses personnages et les enjeux de cette séquence. Cela devient ainsi assez dur pour un spectateur n’ayant aucune connaissance de Cold War de s’embarquer pleinement dans cette suite. Les cinéastes Kim-Ching Luk et Lok Man Leung, responsables du premier volet de la saga, ont bien tenté de contourner le problème avec un long résumé de Cold War durant le générique d’ouverture, mais puisque cedit générique est fort joli et distrayant; et puisque la traduction anglaise de ce résumé défile à la vitesse de l’éclair, nous sommes concrètement incapables d’entrer proprement dans l’histoire de Cold War 2.

Par la suite, les choses ne s’arrangent guère alors que le film prend une tourne étrange pour un film d’action en devenant temporairement un drame judiciaire en tenant une commission parlementaire où un avocat interprété par le légendaire Yun-Fat Chow (The Killer) tente de trouver le coupable de l’attentat terroriste du premier acte. Et encore là, nous sommes en face d’une seconde erreur monumentale pour Cold War 2, car son intrigue arrête spontanément pour une vingtaine de minutes, le temps que le personnage de Chow puisse comprendre les vraies machinations derrière l’attentat terroriste des premiers instants du long-métrage.

Par la suite, Cold War 2 parvient à reprendre du poil de la bête grâce à une séquence d’action splendide dans un tunnel où le commandant Lau doit affronter un petit groupe de criminels dans un tunnel rempli de civils. Cette séquence endiablée offre un second souffle au film. Certes, la suite de l’intrigue comprend plusieurs incohérences et drôleries (qu’il ne faut pas dévoiler pour ne pas spoiler…), mais Cold War 2 est capable de nous divertir jusqu’au générique de fin. Il est juste dommage qu’au final, l’intrigue du long-métrage lorgne plus sur l’allégorie politique que sur le divertissement policier musclé. Certes, malgré le nombre important de dialogues de cette production, les confrontations entre Lau et les employeurs de Lee demeurent des moments forts du film.

Sur le plan technique, Luk et Leung ne déçoivent pas avec une caméra axée sur le symbolisme et sur l’émotion. Cela peut sembler anodin, mais c’est dans des gestes simples que les réalisateurs triomphent. Que ce soit en symbolisant la trahison d’un personnage principal via un changement d’accessoire personnel ou en nous présentant un duel verbal électrisant entre les trois personnages principaux du film pour annoncer une nouvelle direction au récit, les deux hommes ne se trompent jamais. Tout n’est pas parfait, comme avec une abondance maladive de plans en hauteur axés sur les coins physiques des décors durant les dialogues qui démontrent une étrange fixation chez les réalisateurs. De plus, la scène d’action finale déçoit alors que les deux cinéastes semblent perdre de leur magie pour nous offrir un dernier quart d’heure assez ordinaire, en deçà du reste de Cold War 2 sur le plan visuel. Et finalement, notons que la trame musicale de Cold War 2 laisse à désirer avec une palette sonore qui n’impressionne guère et qui ennuie plus souvent qu’autrement.

Heureusement, Cold War 2 a un trio d’acteurs principaux qui livrent tous de performances incroyables. Aaron Kwok (The Stormriders) est parfait dans le rôle du commandant Lau, Tony Ka Fai Leung (Election) livre une interprétation spectaculaire et, comme mentionné plus haut, Yun-Fat Chow est excellent dans le rôle de l’avocat enquêtant sur les agissements de Lau. La seule déception de la distribution repose sur Kuo-Chu Chang qui a quelques difficultés à bien vendre l’antagoniste de Cold War 2, mais ce n’est pas entièrement de sa faute puisque le long-métrage comporte un nombre trop élevé de personnages secondaires, ce qui ne permet pas aux acteurs de second plan, dont Chang, de s’exprimer pleinement.

Avec une conclusion qui tente désespérément d’introduire la prémisse d’un éventuel Cold War 3, Cold War 2 se veut être un film de transition. Sans le premier Cold War, le film ne pourrait proprement exister et sans les bases d’un troisième volet, le film ne pourrait se conclure. Entre ces deux sections, il se cache un petit thriller politique habilement supporté par un trio d’acteurs brillants. C’est dommage puisque malgré de bonnes attentions, Cold War 2 ne peut être à la hauteur du premier chapitre sorti en 2012.


Réalisation : Lok Man Leung, Kim-Ching Luk

Scénario : Lok Man Leung, Kim-Ching Luk, Wai Lun Ng

Avec : Aaron Kwok, Tony Ka Fai Leung, Yun-Fat Chow, Kuo-Chu Chang, Charlie Yeung, Eddie Peng, Aarif Rahman, Yili Ma

Cold War 2 (2016)
3.2
Envoi
User Review
0 (0 votes)
A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.