Death Note (2017)

Résumé : Un étudiant nommé Light Turner découvre un livre mystérieux contenant le pouvoir de tuer quiconque sur la Terre, tant que son nom y est inscrit, ce qui lui fait déclencher une croisade secrète contre le crime organisé.

Critique :

Netflix revient au centre de notre attention avec Death Note. La plateforme a pris un énorme risque en tentant d’adapter un anime / manga asiatique à la sauce américaine, en transformant une oeuvre culte en un film thriller horrifique pour adolescents. Dès les premiers instants, nous pouvons sentir que Death Note sera détesté par les admirateurs du produit asiatique. Pas comme lors de Dragon Ball: Evolution qui fut tout simplement horrible, mais dans le sens où Adam Wingard (The Quest) a choisi de conserver les éléments essentiels pour créer un film typiquement américain, loin de toute contrainte possible à l’oeuvre originale.

Cela est un pari réussi puisque cela permet de condenser une histoire relativement longue en un long-métrage de 100 minutes. Death Note n’est pas un grand film, mais il parvient à être l’un des meilleurs transferts de la culture asiatique à l’Occident. Dès les premières minutes, Adam Wingard nous transporte dans un monde riche en renversements où un jeune garçon obtient le pouvoir de donner la mort grâce à un dieu mystérieux. Wingard maîtrise bien cette prémisse en nous livrant un long-métrage où l’intrigue bouge constamment, nous transportant dans une montagne russe d’émotions que nous ne voulons tout simplement pas quitter.

Death Note n’est cependant pas un grand film puisqu’il ne se permet pas d’explorer pleinement sa prémisse. Bien que Wingard semble avoir eu les pleins pouvoirs pour son oeuvre, le cinéaste semble être incapable d’assumer totalement l’histoire de son long-métrage, alors que les détails les plus croustillants, comme la traque du jeune Turner par L qui n’est que survolée, ne sont que survolés. La conclusion de Death Note subit également le même sort, en se terminant de façon étrange et incomplète.

Derrière la caméra, le cinéaste nous livre une performance assez honorable avec une réalisation à couper le souffle, malgré des moyens financiers un peu limités donnant une teinte assez cheap à l’ensemble. La distribution est aussi mi-figue, mi-raisin. Il n’y a aucun doute sur le fait que Willem Dafoe (Spider-Man) est magistral dans le rôle de Ryuk tout comme Lakeith Stanfield (Get Out) dans celui de L . Par contre, dans les rôles-titres, Nat Wolff (Paper Towns) et Margaret Qualley (The Nice Guys) sont tout simplement horribles; les deux acteurs dégagent une chimie non existante et des performances exécrables.

Death Note n’est pas aussi mauvais que toutes les critiques semblent dire. Cela ne veut pas dire que nous avons un chef d’oeuvre entre les mains, mais Adam Wingard parvient tout de même à nous divertir pendant 90 minutes…


Réalisation : Adam Wingard

Scénario : Charley Parlapanides, Vlas Parlapanides, Jeremy Slater

Avec : Nat Wolff, Lakeith Stanfield, Margaret Qualley, Shea Whigham, Willem Dafoe, Jason Liles, Paul Nakauchi, Jack Ettlinger

A propos de Michaël Michaud 510 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.