First Kill (2017)

Réalisé en 13 jours, First Kill tient miraculeusement debout, même si nous avons un autre navet avec Bruce Wills entre les mains…

Critique

Écrit par

Résumé : Un financier de Wall Street est forcé d’échapper à un policier enquêtant sur un braquage de banque, tandis qu’il tente de récupérer l’argent en échange de la vie de son fils.

Critique :

Steven C. Miller (Marauders) est de retour dans le paysage québécois avec la sortie de First Kill en DVD / Blu-ray. Cette fois-ci, le cinéaste a réussi un exploit en réalisant un film complet en moins de deux semaines, sans que cela ne paraisse à l’écran. Oui First Kill a bien des défauts et ce n’est pas un grand film, mais nous devons souligner cet exploit digne de mention; surtout que le long-métrage sera possiblement le plus joli film tourné en moins de deux semaines que vous aurez la chance de voir dans votre vie…

Un peu à l’image de ses récents Marauders et Arsenal, Miller se retrouve à nouveau coincé avec un scénario de merde. En s’inspirant d’une prémisse bien mieux exécutée dans plusieurs thrillers d’action (comme The Contract avec Morgan Freeman…), Nick Gordon, dont c’est le deuxième long-métrage, nous pond un scénario qui ne va nulle part. Les ingrédients sont là pour créer un divertissement intense et génial, mais Gordon ne semble pas savoir comment les utiliser. Par le fait même, nous avons l’impression de tourner constamment en rond, entre deux incohérences.

Il n’y a pas assez de péripéties et de moments forts pour que l’on puisse s’intéresser au personnage principal et au sort de son enfant kidnappé. À aucun moment nous ne croyions que la vie du petit être serait mise en danger. Ce n’est peut-être pas pour rien qu’à partir du deuxième tiers, First Kill se met à s’intéresser en long et en large au kidnappeur, qui devient spontanément le véritable héros du long-métrage. Dans les dernières minutes, First Kill tente de renverser le tout avec des rebondissements, mais ils sont si évidents (surtout pour quelqu’un qui a suivi la carrière de Bruce Willis depuis 2011 et qui a vu la bande-annonce…) que nous avons presque envie de rire à la figure du film.

Comme mentionné ci-haut, Steven C. Miller réalise un exploit avec ce divertissement. Le cinéaste n’est peut-être pas parfait, comme le démontre sa trop grande utilisation de drones ou le cas de «fausse pluie» le plus visible de 2017, mais s’il s’arrange pour nous livrer un film à l’allure professionnelle qui se laisse regarder. First Kill comprend d’ailleurs une sympathique course poursuite en forêt, qui inclut un camion et des véhicules de plein air. Au niveau de la distribution, Hayden Christensen (la saga Star Wars) a une belle présence à l’écran, mais il se fait rapidement éclipser par Gethin Anthony (Aquarius), le kidnappeur de son fils. Pour ce qui est de Bruce Willis (Die Hard), il le sent presque en grande forme, enfin lorsqu’il n’est pas remplacé par une horrible doublure qui n’a pas le même teint de peau que lui… Le reste des acteurs sont plutôt moyens, mais il faut tout de même souligner le jeune Ty Shelton qui est un excellent acteur qui, du haut de ses 10 ans et poussières, obtient ici son tout premier rôle en carrière.

Évidemment, First Kill n’est aucunement un film à recommander. Malgré toute la bonne volonté de son réalisateur, le film offre une expérience cinématographique assez mauvaise, qui n’est destinée qu’aux admirateurs de ses interprètes principaux. Et encore…


Réalisation : Steven C. Miller

Scénario : Nick Gordon

Avec : Hayden Christensen, Ty Shelton, Megan Leonard, Gethin Anthony, Bruce Willis, William DeMeo

Laisser un commentaire