Iron Fist – Saison 1 (2017)

Résumé : Le milliardaire disparu, Danny Rand, est de retour à New York, après quinze ans d’absence, pour reprendre l’entreprise familiale. Mais pour y parvenir, il devra affronter la corruption et le crime qui gangrène ses proches, avec sa connaissance des arts martiaux et sa capacité à utiliser le Iron Fist, une technique étudiée auprès des moines de K’un L’un.

Critique : 

Depuis sa sortie, la nouvelle série de Netflix ne parvient pas à gagner les faveurs du public et de la critique qui la juge comme étant une série inférieure à ce que cette plateforme nous a habitué jusqu’à présent. À la défense de Netflix, Iron Fist était un projet que la plateforme était forcée de réaliser, un projet qui était dans la mire de Marvel depuis le début des années 2000 et qui accompagnait les autres séries de Marvel. Il est donc normal de constater que la série est de loin le projet le moins abouti de Marvel sur Netflix

Danny Rand revient à New York après des années passées dans un mystérieux monastère à devenir le parfait guerrier pour y découvrir que plus rien n’est plus pareil. À la suite de la mort de ses parents et sa disparition dans un tragique accident d’avion, la compagnie familiale est passée aux mains de la famille Meachum; des amis d’enfance qui ne semblent plus le reconnaître. Aidé par une entraîneuse en arts martiaux, Danny tentera de récupérer l’entreprise familiale sans se douter des terribles secrets entourant la mort de ses parents et de la gangrène qui ronge Rand Corporation…

Peu importe l’angle que nous prenons pour analyser cette série, nous venons à la même conclusion : Iron Fist offre un divertissement médiocre. Netflix ne voulait pas de cette série et cela parait à l’écran puisque nous avons devant les yeux un produit bâclé et incomplet. D’entrée de jeu, il nous faut vous parler de l’histoire de la série qui réussit l’exploit à créer une adaptation de superhéros où le personnage principal empire les choses.

Oui oui, vous avez bien lu. Si nous prenons les premiers instants de la série et les derniers instants de la série, nous pouvons constater qu’en treize épisodes, Danny Rand n’est parvenu qu’à faire une chose : à détruire les vies de ceux qui l’entourent. Nous n’allons pas entrer dans les détails, mais il était clair que le statu quo présent dans l’introduction du premier épisode aurait facilement pu se prolonger pour l’éternité. Certes, il aurait eu un peu plus de drogue dans les rues de New York, mais ce n’est rien que Daredevil ne pourrait gérer, surtout que les méchants d’Iron Fist sont recyclés de cette autre série de Netflix. The Hand (ou La Main en VF) est le principal ennemi de Danny, avec Madame Gao, également vue dans Daredevil, à la tête de l’une des branches contre qui le personnage principal se bat. D’ailleurs la relation qu’a le personnage principal avec ses ennemis est assez fascinante.

Désolé de continuer à faire une comparaison avec Daredevil, mais ce dernier pouvait affronter les hommes de main de La Main (jeu de mots involontaire…) avec un minimum de difficulté, en excluant ses combats avec Nobu bien sur. Ici, nous avons un héros qui fut entraîné spécifiquement pour combattre cette organisation, un héros qui est surpris de l’existence de cette organisation, un héros qui est incapable de reconnaître les membres et l’idéologie de cette organisation, un héros qui a des difficultés à rivaliser sur le plan physique avec les membres de cette organisation. Et pourtant, Rand ne cesse de répéter qu’il est l’Iron Fist, le guerrier légendaire destiné à combattre La Main et à tuer ses membres; chose qu’il est incapable de faire… Cela devient encore plus flagrant lorsque dans la seconde moitié de la saison lorsque un personnage X, avec une connaissance des arts martiaux comparable celle du spectateur moyen, est capable de rivaliser avec les hommes de la sinistre organisation, au corps-à-corps…

Désolé si nous nous sommes égarés, revenons à l’histoire d’Iron Fist. En effet, car chaque avenue prise par le divertissement de Netflix ne fait que plonger Iron Fist dans la médiocrité. Pourtant, le problème ne se situe pas dans ces choix, mais dans l’exécution de ces derniers. Netflix a tenté de faire une série de 13 épisodes avec du contenu suffisant pour tenir dans une minisérie de quelques épisodes, ou mieux encore dans un téléfilm. Et cela est d’autant plus flagrant que les épisodes 2, 3, 9, 10, 11 et 13 sont des épisodes servant à faire du remplissage pour arriver à une saison complète, en partie ou en totalité. Pour compenser son manque de contenu, la série nous balance à la figure un éventail de sous-intrigues peu intéressantes, des sous-intrigues qu’elle oublie même de conclure. Du contenu, comme l’usine de la compagnie qui tue littéralement des gens avec des gaz toxiques, qui cesse d’exister pour laisser de la place d’autres intrigues peu intéressantes dans une roue sans fin qui enchaîne les péripéties comme des mets dans un buffet. Des personnages secondaires ont le même traitement lorsqu’ils disparaissent également de la série sans donner de préavis.

Cela ne serait pas un énorme problème si l’intrigue principale de la série avait assez de constance pour avoir un fil narratif le moindrement passionnant. Comme mentionné ci-haut, Iron Fist débute par le retour de Danny Rand à New York qui, avec ses habits de SDF et un lecteur MP3 ne manquant jamais de batterie (même après plusieurs années dans un monastère…), tente de convaincre ses anciens amis qu’il est Danny Rand. Après une demi-douzaine d’épisodes (ou presque) consacrés à ce débat inutile, la série semble prendre son envol avec l’arrivée officielle de The Hand. Mais à ce moment, nous avons complètement décroché de la série puisque son histoire n’a pas de sens et ne tente pas d’en avoir. Et il ne faut pas compter sur les scènes d’action pour compenser sur ce manque d’intérêt de la part de Netflix…

À une ou deux exceptions, toutes les scènes d’action mettant en vedette le héros principal sont mauvaises. Le problème est facile à expliquer : la plateforme a choisi un acteur n’ayant aucune connaissance dans les arts martiaux, pour interpréter un homme qui doit être, en théorie, le meilleur combattant de la planète. Pire encore, Netflix n’a donné qu’une vingtaine de jours pour permettre à Finn Jones à apprendre les bases des arts martiaux, pour ensuite lui demander d’apprendre par cœur les chorégraphies de ses combats quelques minutes avant de tourner lesdits combats. Cela aurait pu marcher avec un acteur de la trempe de Jackie Chan, mais avec un Finn Jones, il en découle des scènes d’action dignes de Supergirl ou de Superboy. Mais, ce qui était bien pour ces séries, ne l’est pas pour une série sur un champion des arts martiaux. Le seul épisode qui parvient à faire quelque chose de bien avec l’acteur, c’est le neuvième épisode, et c’est parce qu’il est réalisé par Kevin Tancharoen, qui est parvenu par le passé à faire des miracles avec des conditions similaires sur des épisodes d’Agents of S.H.I.E.L.D. et d’Arrow.

Il faut dire que Netflix n’a pas gâté la série avec sur le plan technique. La trame sonore est générique et affreuse, ce que la série compense avec quelques chansons populaires assez « obscures ». Les décors sont assez pauvres et semblent être constitués des restes des décors des précédentes séries de la plateforme. La mythique ville de K’un-Lun n’est représentée que par d’horribles flashbacks composés de fausse neige et d’une grotte au milieu de nulle part. Il serait intéressant que la série montre réellement cette cité si Iron Fist avait la chance d’obtenir une deuxième saison. Iron Fist se paie même le luxe de faire voyager les personnages en Chine, même s’il est clair que Netflix a tenté en vain de faire passer New York pour cette contrée asiatique en « camouflant » le tout avec une direction photographique temporairement jaunâtre. Pourtant, Netflix avait les moyens de donner à la série le support financier, car en plus d’un budget de base probablement comparable à Daredevil, à Jessica Jones et à Luke Cage, nous avons plusieurs placements de produits maladroits, comme une friandise chocolatée qui devient un élément de l’intrigue du second épisode.

Loin de moi l’idée de continuer à couler sur le cercueil de la série, mais il faut parler de la distribution d’Iron Fist. Aucunement aidés par de mauvais dialogues et par des personnages qui sautent du coq à l’âne en termes d’émotions et d’idéologies, la majorité des acteurs de cette production sont incapables d’offrir de bonnes performances. Cela inclut évidemment Finn Jones dans le rôle-titre… Jessica Henwick (Game of Thrones) est la seule à sortir du lot. D’abord parce qu’elle est l’actrice la plus convaincante de la série, et ensuite parce qu’elle est la seule qui semble avoir un réel talent en arts martiaux. Notons que Wai Ching Ho (Tracers), Rosario Dawson (Sin City) et Carrie-Anne Moss (The Matrix) sont de retour dans cette série de Netflix dans leurs rôles respectifs.

Iron Fist est une mauvaise série. Il est inutile de le nier. Même pour un fanboy de Marvel, la série sombre rapidement dans méandres du désespoir alors que nous voyons un personnage bien aimé de Marvel être traîné dans la boue par une plateforme qui commet sa première erreur avec l’univers Marvel. La série trébuche sur tous les aspects possibles avec une douzaine d’épisodes assez dispensables. Certes, la série a quelques bons moments, mais ils ne sont pas suffisants pour compenser l’échec qui se trouve devant nos yeux. En espérant que Netflix corrige le tir pour une éventuelle deuxième saison…


Créée par : Scott Buck

Diffusée sur : Netflix

Avec : Finn Jones, Jessica Henwick, Jessica Stroup, Tom Pelphrey, David Wenham, Wai Ching Ho, Barrett Doss, Rosario Dawson, Ramon Rodriguez, Sacha Dhawan, Carrie-Anne Moss

A propos de Michaël Michaud 447 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Iron Fist : Saison 2 - Premières images - Actionerd
  2. Iron Fist : Saison 2 - Nouvelles images - Actionerd
  3. Iron Fist - Bande-annonce percutante pour la deuxième saison - Actionerd

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.