Kingsman: The Golden Circle (2017)

Matthew Vaughn est de retour dans les salles de cinéma avec la sortie de Kingsman: The Golden Circle.

Critique

Écrit par

Résumé : Lorsque leurs quartiers généraux sont détruits et que le monde est tenu en otage, les Kingman découvriront une organisation alliée aux États-Unis. Ensemble, les deux devront faire équipe pour défaire un ennemi commun.

Critique :

Après avoir conquis les écrans de cinéma en 2015, la franchise Kingsman est de retour avec une suite dopée aux stéroïdes. Et même là, c’est une observation très conservatrice puisque pour ce deuxième opus Matthew Vaughn (X-Men: First Class) injecte des litres de Red Bull dans sa mise en scène pour nous offrir l’un des longs-métrages les plus soutenus de 2017.

Globalement, Kingsman: The Golden Circle reprend la formule de son aîné avec un méchant voulant changer la face du monde en créant un génocide (Julianne Moore), la découverte d’une agence top secrète d’espionnage (les Statesman) et une relation de mentorat entre un espion et une nouvelle recrue (lire ici un Colin Firth amnésique). Mais, contrairement à son aîné, Kingsman: The Golden Circle est incapable de tenir la route.

Cette suite commet quelques erreurs qui pourrissent sérieusement son scénario. En accélérant son rythme, The Golden Circle ne parvient pas à conserver la cohérence du premier volet de sa franchise qui, malgré son histoire éclatée, parvient à garder le tout dans une logique crédible et avec une logique cinématographique. Ici, le long-métrage ne fait que reprendre le même moule et y ajoute toutes les idées qui passent par la tête des scénaristes. Cela nous donne un film décousu où les séquences semblent parfois provenir d’un autre film et où le ton de l’ensemble ne fonctionne pas.

Étrangement, cela fait que nous nous ennuyons rapidement alors que nous sommes perdus dans une oeuvre cinématographique qui ne sait pas si elle veut être une adaptation de bande dessinée, un « hommage » à la franchise James Bond (ceux de Roger Moore et de Pierce Brosnan) ou une parodie dans la vague des Scary Movie. Et cet ennui est particulièrement pénible alors que cette suite est plus longue que le premier Kingsman; alors que chaque minute supplémentaire se fait cruellement sentir. L’autre problème créé par ce pépin réside dans les personnages en eux-mêmes, qui proviennent de films différents et qui n’ont pas nécessairement un scénario permettant de se développer. Ce fait se note surtout chez les antagonistes qui ne sont pas crédibles et qui n’ont que peu de logique dans leur méchanceté.

Kingsman: The Golden Circle est également une légère déception sur le plan technique. Matthew Vaughn offre une réalisation superbe avec des plans de caméras créatifs et de magnifiques scènes d’action, qui déçoivent assez souvent. Vaughn se donne à fond dans sa suite, ce qui est fort louable, mais la post-production vient gâcher le tout. Le montage d’Eddie Hamilton (le précédent Kingsman) ne parvient pas à supporter la caméra du réalisateur, alors que le tout manque un peu de finition. Même chose au niveau des effets par ordinateur qui n’ont pas la même délicatesse que lors du précédent film; quelques éléments, comme des « animaux » artificiels, piquent un peu des yeux nous donnant l’illusion de visionner un mauvais Transformers

Afin de terminer sur une note positive, soulignons que la trame sonore de Kingsman: The Golden Circle est géniale, avec quelques bons succès populaires parfaitement placés, et avec une excellente musique d’Henry Jackman (Captain America: Civil War) et de Matthew Margeson (The Expendables). La distribution est également au point avec des performances remarquables, principalement Julianne Moore (Children of Men) dans le rôle de la vilaine Poppy Adams. Le seul point négatif, c’est que plusieurs des acteurs du long-métrage sont grandement sous-utilisés; certains d’entre eux n’ayant que des caméos anodins, histoire d’attirer des foules en salles.

Kingsman: The Golden Circle n’est pas un mauvais film, mais nous avons ici une suite clairement intérieure au premier volet de cette franchise. Kingsman: The Golden Circle manque de finition et ne sait tout simplement pas où il veut aller avec ses personnages et son intrigue. Il faut simplement garder l’esprit ouvert et abaisser ses attentes pour ne pas être déçu en visionnant le film…


Réalisation : Matthew Vaughn

Scénario : Jane Goldman, Matthew Vaughn

Avec : Colin Firth, Julianne Moore, Taron Egerton, Mark Strong, Halle Berry, Elton John, Channing Tatum, Jeff Bridges, Pedro Pascal, Edward Holcroft, Hanna Alström, Poppy Delevingne, Bruce Greenwood, Emily Watson, Michael Gambon

Laisser un commentaire