Legends of Tomorrow – Saison 1 (2016)

Résumé : Un homme pouvant voyager à travers le temps doit assembler une équipe composée de justiciers et de criminels notoires afin d’empêcher un ennemi commun voulant détruire notre planète et le temps en lui-même.

Critique : 

En débutant la série Legends of Tomorrow, j’avais beaucoup d’appréhensions et de haine justifiée par le fait que le concept de la série emprunte les meilleurs personnages secondaires de ses séries aînées, Arrow et The Flash. Et s’il est vrai que la série ait affecté de façon négative ses sœurs, il reste que Legends of Tomorrow parvient à faire démentir ses plus viles détracteurs en offrant un divertissement de qualité. Certes, nous sommes loin de la série du siècle, mais Legends of Tomorrow se révèle être le digne successeur de la série culte Firefly

En l’année 2166, Vandal Savage a conquis avec succès l’entièreté de la civilisation terrestre. Dans un effort de sauver l’humanité et sa famille, Rip Hunter voyage dans le temps, jusqu’à l’année 2016 pour assembler une équipe de gens surdoués, composée de Ray Palmer, Sara Lance, Jax Jackson, Martin Stein, Mick Rory, Leonard Snart, Carter Hall et de Kendra Saunders, afin d’empêcher la montée de pouvoir du tyran immortel. Hunter mènera ces hommes et ces femmes dans plusieurs époques afin de démanteler chaque partie du plan machiavélique de Savage, tout en étant poursuivi par Chronos, un chasseur de primes envoyé par une autorité suprême ne désirant pas que la ligne temporelle ne soit modifiée…

Si Legends of Tomorrow a plusieurs défauts, nous ne pouvons pas dire qu’elle manque d’ambition avec une intrigue voguant à travers les lignes temporelles avec une galerie de personnages dignes d’un clone de Firefly. Il faut dire que cette série prend de plein front son thème du voyage temporel pour créer une intrigue assez passionnante où une équipe de rejets tente d’arrêter un ennemi immortel. Sur papier, ce concept est plutôt alléchant surtout que cela apporte une grande touche d’originalité dans le divertissement super-héroïque.

Malheureusement, Legends of Tomorrow a quelques défauts assez importants au niveau de son écriture. Nous pouvons passer outre sur le fait que la série est incapable de se décider sur la théorie des voyages temporels qu’elle emprunte; Back to the Future ou Terminator. Car, une erreur comme celle-ci peut s’expliquer par l’expérience et l’innocence relative de ce programme télévisuel. Néanmoins, la série a malheureusement d’énormes problèmes comme le fait qu’elle semble incapable de générer son intrigues ou ses personnages. En jonglant avec un «astronaute temporel», une assassin, un génie, un lance-flamme humain, deux criminels et un duo d’amoureux immortels, la série s’entête à les mettre dans des situations assez communes et anodines, au-travers d’une situation grandiose. Si nous prenons l’exemple de Hawkgirl, elle passe la moitié de la série à parler de son passé de serveuse dans un café et le reste du temps, elle vit une espèce de triangle romantique avec l’amour de sa vie immortelle et le premier venu, au lieu de se battre contre l’homme qui l’a tué des dizaines de fois par le passé. Pire encore, en observant le héros qu’est Firestorm, nous sommes forcés de constater que la série fait pour éviter de mettre les deux moitiés de ce héros, composé de Jackson et du docteur Stein, dans la même pièce, que dire dans la même scène. Il faut dire que d’éviter de mettre une torche humaine à l’écran a sûrement permis à la chaîne télévisée de sauver bien des sous et de créer artificiellement de nombreux périls inutiles.

L’autre gros problème de Legends of Tomorrow, c’est qu’elle ne prend jamais le temps d’exploiter correctement son intrigue. La série vogue constamment entre des épisodes simples où l’intrigue concernant la traque de Vandal Savage se conclut en 40 minutes, et des doubles / triples épisodes. Le hic, c’est que la série a la fâcheuse habitude d’utiliser des histoires peu intéressantes (Comme celle où Vandal Savage s’amusait à créer génétiquement des hommes-oiseaux…) pour ses «intrigues longues» et des intrigues passionnantes et trop courtes pour ses épopées d’une soirée (Comme le possible assassinat d’un enfant qui pourrait sauver l’humanité…). La cause de ce problème est assez simple, puisque nous avons ici une série télévisée dont le format et l’intrigue est parfaite pour le câble, mais qui est forcée d’exercer son art sur une télévision devant rendre son contenu disponible et intéressant pour la majorité du public. De ce fait même, Legends of Tomorrow se trouve coincée entre les deux pôles de la télévision américaine et elle est à de nombreuses reprises incapable de trouver sa place dans ce milieu. Plus spécifiquement, nous pouvons comparer cette série à un employé qui doit tenter de suivre les ordres de deux patrons dont les ordres sont contradictoires…

Même si nous critiquons un peu négativement la série depuis le début de cette critique, il faut dire que cette dernière a une carte cachée dans sa manche; une carte qui nous force à revenir devant notre écran de télévision semaine après semaine. Car, malgré une gestion bordélique des personnages et malgré les présences ennuyeuses de Hawkman et de Hawkgirl, les héros de cette émission sont une véritable mine d’or. Durant les seize épisodes de la saison, nous avons une panoplie d’héros et de vilains assez crédible, vivant une réelle aventure qui va réellement les affecter. Ils ne sont pas que des belles gueules vivant des drames d’adolescents à la sauce super-héroïque. La série fait beaucoup d’efforts pour les rendre humains avec une véritable évolution et une personnalité en nuances de gris. En se focalisant simplement sur le personnage de Rip Hunter, nous pouvons sentir un héros torturé par les horreurs de son passé et par la mort de sa famille, qui vivra une quête de rédemption et de salvation.

Plus étonnant les deux personnages qui semblent être à première vue inutiles, Captain Cold et Heat Wave, se révèlent être les deux véritables surprises de la série. Initialement, nous sommes amenés à penser que ces êtres seront les supports comiques de Legends of Tomorrow, mais en réalité ils seront les piliers de la série, apportant une dimension unique alors que s’entrecroisent leur camaraderie, leur compas moral et leur sauvagerie. Une sauvagerie qui n’est rien en comparaison à Vandal Savage, le seul personnage «old-school» de la série. Savage est typique des méchants stéréotypés du cinéma des années 80 et 90 avec un plan machiavélique et une attitude malheureusement mal exploitée par Legends of Tomorrow, qui manque l’occasion d’offrir une véritable montée en puissance d’un futur dictateur au cours d’une saison. À la place, Savage nous est présenté dans un fil narratif décousu et parfois confus où se trouve des moments épiques avec des scènes magiques, comme le moment mémorable où il boit le sang de l’une des légendes pour une raison que nous allons taire. Et si vous visionnez la série, vous aurez la chance de visionner d’autres moments épiques, comme le fameux épisode rendant hommage à Batman: The Dark Knight et à Batman Beyond

Sur le plan technique, Legends of Tomorrow est assez impeccable avec une réalisation globale plutôt réussie. Même que la série réussit des prouesses avec des moyens financiers restreints. Certes, il y a des moments plutôt hideux, comme une séquence où la série tente d’imiter Fast and Furious avec des voitures anciennes, mais ces derniers sont assez rares pour que cela ne nous dérange aucunement. De plus, la série a plusieurs réalisateurs de talent à sa disposition, comme Antonio Negret (Transit), Joe Dante (Gremlins)Olatunde Osunsanmi (The Fourth Kind)Rachel Talalay (Freddy’s Dead: The Final Nightmare)Steve Shill (Obsessed) et Thor Freudenthal (Percy Jackson: Sea of Monsters).

Néanmoins, le budget de la série se ressent surtout dans les effets spéciaux qui ne parviennent pas à accomplir toutes les ambitions de la série. Pour chaque moment raté (Comme une bataille entre nos héros, un chasseur de primes temporels et des avions de l’armée russe…), nous avons un moment assez sympa (L’hommage à Pacific Rim…). Heureusement, les apparitions de Firestorm sont assez géniales, tout comme les nombreux moments où le Wave Rider, vaisseau temporel de nos héros, voyage dans le temps. Par-contre, un effort supplémentaire aurait été bénéfique pour Hawkgirl et Hawkman dont les envolées et les atterrissages ne semblent aucunement être naturelles et souples.

Pour ce qui est des acteurs, Legends of Tomorrow n’est pas en reste. Dans le rôle de Rip Hunter, Arthur Darvill (Doctor Who) offre la performance la plus nuancée du casting avec un rôle en or, qui va parfaitement à l’acteur. Le reste des légendes ont également de bons moments, mais ils n’arrivent pas à la cheville de Darvill, à une exception. Car, de façon assez étonnante, la plus grande surprise de cette série se trouve chez Dominic Purcell (Prison Break) qui est tout simplement génial dans cette série. Son personnage, Heat Wave, était caricatural dans The Flash, mais ici, les nombreux revirements de situation entourant cet être parviennent à capturer toute l’étendue du talent de Purcell qui livre ici la performance de sa carrière, dans un rôle qui sera potentiellement plus mémorable que celui de Lincoln Burrows dans la série culte Prison Break. Notons également que Casper Crump (The Legend of Tarzan) fut un excellent choix de casting pour interpréter Vandal Savage. Martin Donovan (Ant-Man) et Paul Blackthorne (Arrow) ont aussi des rôles secondaires dans cette série.

Legends of Tomorrow fut une série assez difficile à critiquer dans la mesure où il fallait parler de cette dernière sans rien vous dévoiler du tout. La série n’est pas si géniale que cela, mais son scénario comporte assez de surprises et de nuances pour compenser les énormes erreurs de son texte et pour nous maintenir sur le bout de notre siège. Que ce soit en jouant aux cowboys ou en affrontant un robot géant, Legends of Tomorrow offre un divertissement décomplexé que ne peut que s’améliorer pour sa deuxième saison qui mettra également en vedette la Justice League et la League of Doom…


Créateur : Phil Klemmer, Greg Berlanti, Marc Guggenheim, Andrew Kreisberg

Diffusée sur : CW

Avec : Victor Garber, Brandon Routh, Arthur Darvill, Franz Drameh, Dominic Purcell, Caity Lotz, Amy Pemberton, Ciara Renée, Wentworth Miller, Casper Crump, Falk Hentschel, Martin Donovan, Alex Duncan, Paul Blackthorne, Kiefer O’Reilly

Legends of Tomorrow - Saison 1 (2016)
3.3
Envoi
User Review
0 (0 votes)
A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.