Marauders (2016)

Résumé : Lorsqu’une banque est la cible d’un cambriolage brutal, toutes les preuves pointent vers le dirigeant de l’établissement. Mais un groupe d’agents du FBI creuse profondément dans leur enquête et, tandis que les braquages continuent à se produire, il devient clair qu’une large conspiration est à l’oeuvre.

Critique :

Steven C. Miller (Extraction) est l’une des rares valeurs sûres du cinéma d’action. Pas qu’il soit un grand cinéaste au même titre que Robert Rodriguez ou John McTiernan, mais Miller parvient à offrir un divertissement certain, peu importe le niveau de qualité de son divertissement, la volonté de ses acteurs ou le budget qu’il a entre les mains. Heureusement, Marauders est le meilleur film de sa carrière, à ce jour.

Dans cette nouvelle collaboration entre le cinéaste et Bruce Willis, nous avons une histoire plus proche du thriller policier que du véritable film d’action alors qu’une équipe du FBI enquête sur une série de cambriolages liés à un grand banquier joué par Willis lui-même. L’histoire en elle-même n’a rien de spectaculaire, même si Marauders tente de prouver le contraire. Nous devons très rapidement le dénouement du scénario. Marauders tente de garder le tout très complexe et mystérieux, mais cela ne marche tout simplement pas.

Dès le départ, nous avons une bonne idée de l’identité du coupable et cela vient gâcher toute tentative de surprise de Marauders. C’est surtout un problème de la structure narrative du scénario qui ne fait pas dans la dentelle en ne créant aucun personnage crédible. Au lieu de se concentrer à brouiller les cartes, Marauders part dans toutes les directions et finit par se perdre en chemin. Le long-métrage est tellement perdu, qu’il préfère raconter les problèmes sentimentaux d’un personnage secondaire, peu utile à l’histoire et dont la femme est attente du cancer, que de créer un mystère viable. La pire insulte provient du dénouement final, que l’on peut qualifier d’affreusement hilarant, de décousu et de mauvais goût…

La distribution est aussi un problème pour Marauders. Tandis que Christopher Meloni (42) offre un bon jeu d’acteur, le reste de ses compères gaspillent leurs présences à l’écran. Bruce Willis (Die Hard) livre une autre performance sous somnifères, Dave Bautista (Guardiens of the Galaxy) est terriblement sous-utilisé dans un rôle qui ne l’intéresse guère et Adrian Grenier (Entourage) peine encore à se remettre de son succès télévisuel et ne comprend pas encore qu’il est aujourd’hui rendu à Hollywood. Heureusement, Steven C. Miller est là pour maintenir la barque à flot. Bien que classique, sa réalisation est le point du long-métrage. Les quelques braquages sont intéressants et représentent les meilleurs moments du long-métrage. Miller a également réussi à faire de ces bandits des criminels intéressants, avec un design rappelant la saga Army of Two. La direction photographique est un autre point fort appréciable, surtout durant les scènes de pluie, où nous pouvons sentir un véritable effort artistique.

Marauders est une solide déception dans la mesure où sa prémisse de basse est suffisamment intéressante pour créer un bon divertissement. Chose que Miller a comprise, mais que les scénaristes et que les acteurs semblent avoir totalement oublié durant le tournage de Marauders


Réalisation : Steven C. Miller

Scénario : Michael Cody, Chris Sivertson

Avec : Christopher Meloni, Bruce Willis, Dave Bautista, Adrian Grenier, Texas Battle, Johnathon Schaech

A propos de Michaël Michaud 568 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.