[CRITIQUE] Rogue (2020)

Résumé : O’Hara est une mercenaire à la tête d’une escouade de soldats dans leur mission de sauvetage d’otages dans une région reculée de l’Afrique. Malheureusement, la mission tourne mal et l’équipe est bloquée, forcée de survivre contre les rebelles locaux.

Critique : 

Initialement conçu comme un petit film à petit budget, Rogue a connu un changement en cours de route. Selon sa réalisatrice, avec l’arrivée de Megan Fox (Transformers), le divertissement a vu son ambition augmenter au point de devenir un film d’action horrifique avec des moyens et des aspirations plus grandioses. C’est tout simplement dommage que cela ne se transpose pas à l’écran…

Femme à la tête d’hommes au combat, Samantha O’Hara doit diriger une escouade remplie de testostérones dans une mission audacieuse; celle de sauver des otages au beau milieu de la faune africaine. Mais alors que la mission tourne mal et que son équipe est bloquée en territoire ennemi, O’Hara doit se préparer à un ultime affrontement avec les forces ennemies dans un campement abandonné, servant de domicile à une lionne sanguinaire…

Le visionnement de Rogue a commencé avec beaucoup d’amour pour le divertissement. Tandis que les logos des différentes compagnies de productions défilaient à l’écran, on espérait vraiment que Rogue soit ce plaisir coupable. Ce film pas génial, mais extrêmement divertissant. Et bien, ceci n’est que la moitié de la vérité. Oui, le film n’est pas génial, sauf qu’il est terriblement ennuyeux…

Les premières quinze ou vingt minutes semblaient prometteuses, hélas on se rend rapidement compte qu’un truc cloche. Juste en regardant l’histoire et sa structure en elle-même, Rogue est un nid de contradictions. L’oeuvre passe son temps à nous envoyer les messages que l’humanité détruit la nature et maltraite les lions, et que les femmes sont indépendantes, les hommes sont des barbares et tous les clichés habituels. Sauf qu’on est devant un film centré, en partie, sur le massacre nécessaire d’une lionne par des humains et sur une femme prête à tout pour son instinct maternel; et qui sera dépendante d’un homme pour l’aider…

Mais en gardant notre analyse à un stade plus primaire, Rogue est incapable d’être un film d’action horrifique intéressant. Accumulant les clichés, il devient presque trop facile de savoir les directions que le divertissement prend. On remarque les sauts et les revirements des minutes à l’avance, rendant toute tentative de nous effrayer nulle. Et l’aspect musclé de Rogue dérape dès que Megan Fox entre en action. L’actrice est très talentueuse, mais peu crédible. Elle n’a pas la force de caractère nécessaire pour afficher une autorité et diriger une unité militaire. Surtout que de la voir se battre avec une arme d’assaut trop grande pour sa fine taille devient hilarant.

Philip Winchester (Strike Back) est aussi au générique. L’acteur est hilarant dans le rôle d’un tireur d’élite chantant sans cesse un succès populaire des années 90, avec un rôle de macho man qui ne se prend pas au sérieux. Étrangement, Rogue aurait été bien meilleur si Fox et Winchester avaient échangé de personnages. Avec des rôles plus proches de leurs personnalités, Rogue aurait toujours été un film centré sur Megan Fox, mais il aurait été supérieur…

Pour massacrer cette équipe, il y a évidemment des trafiquants d’humains. Cette critique ne va qu’effleurer le sujet, car ils sont caricaturaux et peu mémorables, pour se concentrer sur la lionne. Il est facilement de remarquer que la réalisatrice du long-métrage travaille avec un budget serré, mais bon Dieu que l’animal est horrible. Il n’y a vraiment aucune excuse pour des effets de si mauvaise qualité en 2020. Surtout qu’on a des effets similaires à ceux vieux d’une décennie, ou deux.

Il y a au moins quelques bonnes choses dans Rogue. Comme la direction de M.J. Bassett (Silent Hill: Revelation) qui, avec l’aide de Brendan Barnes, parvient à faire de l’Afrique une véritable carte postale, capturant toute la splendeur du continent. Le combat final entre l’escouade, les trafiquants et l’animal mérite aussi une étoile. Même si c’est un brin ennuyeux et assez raté, la palette de couleurs et le contraste entre la nuit et le campement en ruines rendent cette séquence à couper le souffle, ou presque. Sur une brève note, on remarque également que les compositeurs de Rogue furent assez inspirés par la musique de la saga Tranformers (avec Megan Fox !!) pour composer leur trame sonore…

Rogue est assez mauvais. C’était à prévoir. Malgré quelques bons moments musclés, des effets spéciaux affreux, un scénario pas terrible et une Megan Fox peu crédibles viennent ruiner tout le potentiel du film.


Réalisation : M.J. Bassett

Scénario : Isabel Bassett, M.J. Bassett, Mark Middlewick

Avec :  Megan Fox, Philip Winchester, Greg Kriek, Brandon Auret, Jessica Sutton, Kenneth Fok, Isabel Bassett

Rogue (2020)
1.5

Résumé

Une aventure peu intéressante pour Megan Fox qui nous transporte dans un safari ennuyeux…

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *