The Babysitter (2017)

Résumé : Un adolescent découvre une vérité effroyable à propos de sa magnifique gardienne, lorsque celle-ci invite des amis à passer la nuit chez lui.

Critique : 

Bien que plusieurs semblent le détester, il reste que McG demeure l’un de mes cinéastes d’action favoris, avec plusieurs divertissements très réussis, sur le plan visuel. Cette fois-ci, après des aventures sur le petit écran, en se transportant cette fois-ci vers le cinéma d’horreur. Mais même s’il change de genre, McG continue à rester fidèle à son public en nous livrant The Babysitter, un film plus proche de la saga Home Alone que des divertissements horrifiques.

Et c’est là que The Babysitter devient un excellent divertissement et l’un des bons films de 2017. Avant de parler de cela, il faut vous dévoiler le principal défaut du long-métrage; son intrigue est facilement devinable. Regarder la bande-annonce de The Babysitter ruine la majorité de son histoire, retirant une bonne partie des surprises que le texte de Brian Duffield (Insurgent) nous a réservé. Pire encore, le premier tiers du film fait de même en faisant des références subtiles à de futurs événements, complétant ainsi l’oeuvre de l’aperçu publicitaire et ruinant totalement tous les revirements du scénario.

Mis à part cela, The Babysitter est, comme mentionné plus haut, un excellent film. Le divertissement débute de façon un peu douteuse en démarrant comme une comédie pour adolescents, tout ce qu’il a de plus classique. Après quelques minutes, une folie s’embarre du film et elle nous transporte avec beaucoup de rythme, d’humour et de violence dans ce qui se révélera être le passage au monde des adultes d’un nerd timide. McG ne perd pas de temps en se faisant l’essentiel pour créer une relation crédible entre Bee et Cole pour ensuite se lancer directement dans l’invasion à domicile perpétré par la gardienne et son groupe d’amis peu reluisants. Les confrontations entre le gamin et ses agresseurs sont intenses et géniales, tout spécialement celle impliquant le joueur de football interprété par Robbie Amell (ARQ).

Sur le plan technique, McG (Charlie’s Angels) réalise à fond The Babysitter, qui devient assez vite son meilleur projet à ce jour. Le cinéaste combine les références à la pop-culture à des plans de caméras inventifs pour créer une expérience visuelle enrichissante. Que ce soit en recréant une scène d’un vieux film hollywoodien, en utilisant une trame sonore de façon ironique ou en faisant exploser une tête, le réalisateur dose minutieusement The Babysitter, créant ainsi un équilibre parfait ou presque. Il faut également noter l’éclairage nocturne du film qui joue habilement avec les ombres et la brume pour créer un tissu visuel assez riche. La distribution est également un grand atout, principalement Judah Lewis (Demolition), à qui on prédit un bel avenir à Hollywood, et Samara Weaving (Monster Trucks), splendide dans le rôle de la gardienne tordue.

Un Home Alone satanique à la sauce McG, c’est que ce vous propose The Babysitter. Le long-métrage n’est pas parfait, mais il avance comme une machine bien huilée, enchaînant les scènes à un rythme diabolique pour notre plus grand plaisir. On ne saurait en demander mieux et on en redemande déjà… (comme le laisse supposer une scène post-générique.)


Réalisation : McG

Scénario : Brian Duffield

Avec : Judah Lewis, Samara Weaving, Hana Mae Lee, Robbie Amell, Bella Thorne, Andrew Bachelor, Emily Alyn Lind, Leslie Bibb, Ken Marino

A propos de Michaël Michaud 369 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.