Wonder Woman (2017)

Critique

Écrit par

Résumé : Lorsqu’un pilote s’écrase sur son île et lui raconte un conflit touchant le monde extérieur, une princesse guerrière décide de quitter son foyer pour participer à cette guerre, découvrant au passage ses pouvoirs et sa véritable destinée.

Critique :

Après une trilogie de chapitres cinématographiques assez moyens, l’univers cinématographique de DC Comics tente de se renouveler avec Wonder Woman, le premier véritable film de superhéros féminin produit par Hollywood. Contrairement à tout ce que les critiques semblent dire jusqu’à présent, Wonder Woman n’est pas un grand film en soi. Ce qui fonctionne en sa faveur, c’est les nombreux sous-textes qui comportent des messages politiques et sociaux assez intéressants. Mais mis à part cela, le long-métrage n’a que peu de choses à nous montrer.

Le premier acte situé sur l’île paradisiaque des Amazones laisse pourtant présager à un grand divertissement, digne du meilleur ce qu’Hollywood a à nous offrir. Sauf que plutôt que de profiter amplement de la mythologie de ces femmes, une mythologie qui nous est d’ailleurs racontée plutôt que montrée, et du malaise créé par la présence d’un homme rempli de mensonges (c’est un espion après tout…) et de violence dans une communauté constituée de femmes guerrières, mais pacifistes. À la place, Wonder Woman tombe dans un piège involontairement créé par la mythologie de son personnage en devenant une pâle copie de Captain America.

La pellicule de Patty Jenkins contourne ce pépin en transposant son histoire à la moins sexy des Guerres mondiales, mais avec cette décision Wonder Woman ne peut véritablement s’assumer et doit se reposer sur ses scènes d’action et sur ses sous-textes pour offrir un divertissement. Nous ne pouvons pas nier que ces éléments sont particulièrement réussis alors que la réalisatrice démontre qu’elle n’a rien à envier à ses compatriotes masculins, surtout durant les scènes musclées du deuxième tiers. Néanmoins, mis à part cela il n’y a rien à se mettre sous la dent pour la vaste majorité de cette production. Et le pire provient du dernier acte qui reproduit le vomit numérique des productions de DC Comics avec un combat final dans une base militaire où les personnages ne font que parler et se battre, sans apporter une étincelle d’énergie dans une scène qui semble inutilement se prolonger sur plusieurs dizaines de minutes.

Heureusement, le film a quelques bonnes fondations sur lesquelles se poser. Gal Gadot est excellente dans le rôle-titre, tout comme Chris Pine dans celui du soldat / espion torturé par les horreurs de la guerre. Le reste de la distribution secondaire offre également de bonnes performances, même si les trois méchants de Wonder Woman n’ont aucune subtilité dans leurs jeux d’acteurs, créant l’illusion qu’ils se trouvent dans un autre film de DC Comics, comme les Batman de Joel Schumacher. Comme mentionné précédemment, Patty Jenkins est aussi un bon atout pour cette production, alors que la réalisatrice offre une excellente mise en scène légèrement gâchée par une tendance trop grande à se reposer sur des effets numériques pour créer des images puissantes, une facette qui risque de mal vieillir avec les années.

Wonder Woman n’est pas le chef d’œuvre espéré, mais il est définitivement le meilleur volet de l’univers cinématographique de DC Comics, qui a débuté avec Man of Steel. Avec un nouveau volet en préparation, avec Jenkins de retour aux commandes de cette production, nous pouvons au moins dire que l’héroïne est entre de bonnes mains, avec un futur qui semble être très reluisant.


Réalisation : Patty Jenkins

Scénario : Allan Heinberg, Zack Snyder, Allan Heinberg, Jason Fuchs

 Avec : Gal Gadot, Chris Pine, Connie Nielsen, Robin Wright, Danny Huston, David Thewlis, Saïd Taghmaoui, Ewen Bremner, Eugene Brave Rock, Lucy Davis, Elena Anaya

Laisser un commentaire