xXx: Return of Xander Cage (2017)

Ce soir, nous revenons sur xXx: Return of Xander Cage; un déception sortie plus tôt cette année.

Critique

Écrit par

Résumé : Xander Cage quitte son exil pour arrêter un dangereux adversaire et son équipe d’élite qui possèdent une arme dévastatrice pouvant changer le cours du monde.

Critique :

Parce que janvier apporte habituellement des mauvais films, j’ai raté la sortie en salles de xXx: Return of Xander Cage pour cette raison. Mais depuis sa sortie sur Netflix depuis quelque temps, il était temps de se rattraper en visionnant le troisième volet d’une franchise assez sympathique. Si le premier xXx était un produit de son temps assez daté, le second corrigeait quelques défauts, mais n’était pas assez bon pour avoir un véritable succès commercial.

Cette fois-ci, Paramount a décidé de s’inspirer de la franchise phare de sa rivale, Universal, pour créer une pâle copie de Fast and Furious. Néanmoins, avec Vin Diesel comme vedette, les choses partent rapidement en vrille pour créer une immense coquille vide. En fait, xXx 3 s’apparente plus à une parodie d’un film de Steven Seagal qu’à une véritable série B; où notre héros s’obtient toutes les faveurs sexuelles des jolies femmes et où il a la carrure d’un robot devant des acteurs bien plus compétents et bien meilleurs.

Le grand problème de xXx: Return of Xander Cage, c’est que ce qu’il tente en théorie d’accomplir quelque chose, mais qu’aux cinq minutes il fait des efforts contradictoires pour détruire ses accomplissements. Pour chaque moment où des ennemis philosophent, le long-métrage nous lance à la figure une orgie ou un Vin Diesel qui tente d’entrer un adversaire dans les égouts d’une toilette. Et encore là, si le long-métrage se contentait d’être une série B comme les autres volets, nous ne serions pas si critiques envers le long-métrage. Mais puisqu’il tente de créer un univers cinématographique et d’être pris au sérieux, le mélange des deux genres crée un amalgame que l’on peut considérer comme étant indigeste. Et le fait que le scénario a la minceur d’un essuie-tout de restaurant, que le dénouement de l’intrigue est prévisible dès les premières minutes et qu’il y a trop de personnages à introduire, n’aide aucunement la situation…

Derrière la caméra, D.J. Caruso (The Disappointments Room) effectue un honnête travail. Le cinéaste a la réputation d’être un homme capable de suivre à la lettre les demandes des studios et de ses vedettes tel un bon boyscout hollywoodien. Et c’est ce qu’il fait ici tout en créant de belles scènes d’action et en faisant de son mieux pour divertir avec le scénario qu’il a entre les mains (et il réussit amplement cette tâche…). Il n’y a rien de cruellement négatif à dire sur Caruso, à l’exception d’une fusillade dans un entrepôt qui est parfois illisible et des effets spéciaux, dont la qualité varie constamment.

Dans le rôle-titre, Vin Diesel (Fast & Furious) a quelques bons moments, mais il est souvent relégué au second rang par ses doublures (lors des scènes d’action) ou par le reste de la distribution. Donnie Yen (Yip Man) est la véritable vedette de xXx: Return of Xander Cage, alors que l’acteur impressionne dans chacune de ses scènes. Le reste de la distribution offre des performances variables. Par contre, on regrette que les présences de Tony Jaa (Ong-Bak), de Michael Bisping (Triple Threat) et d’Ice Cube (Friday) soient si minimes.

xXx: Return of Xander Cage offre un divertissement certain, mais il n’est pas un bon film pour autant. Il jongle constamment entre sa volonté d’être le renouveau d’une franchise à la sauce Fast & Furious et sa volonté d’être une série B rocambolesque à la gloire de Vin Diesel. Ce qui en résulte une histoire non existante, pilotée par des acteurs trop bons pour ce genre de production…


Réalisation : D.J. Caruso

Scénario : F. Scott Frazier

Avec : Vin Diesel, Donnie Yen, Deepika Padukone, Kris Wu, Ruby Rose, Tony Jaa, Nina Dobrev, Rory McCann, Toni Collette, Samuel L. Jackson, Ice Cube, Hermione Corfield, Tony Gonzalez, Michael Bisping, Al Sapienza, Neymar

Laisser un commentaire