Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Day of Anger (1967) – Version originale

Résumé : Scott Mary, un éboueur brutalisé par les habitants de sa ville, rencontre Frank Talby, un homme mystérieux et violent fraîchement débarqué à Clifton. Scott voit en cet homme une chance de s’élever au-dessus de ceux qui le maltraitaient, sans se douter des véritables motifs de Talby…

Critique : 

Il y a des excellents films qui sont encore, à ce jour, méconnus du public et croyez-moi lorsque je dis que Day of Anger fait partie de cette catégorie. Et c’est pour cette raison que ce long-métrage mérite une critique sur ce site, une critique qui a été faite grâce à la version originale de Day of Anger, qui dure 114 minutes, contrairement à la version internationale qui dure 86 minutes.

Day of Anger raconte le périple de Scott qui apprend à devenir un homme grâce à l’aide d’un mentor violent mais juste. À l’aide de cette prémisse, l’équipe de trois scénaristes (Qui inclut le légendaire Ernesto Gastaldi) parvient à nous raconter un récit complexe, riche en émotions et en rebondissements, dont les personnages semblent être sortis d’une tragédie romaine. L’intrigue manque peut-être d’originalité, mais les qualités mentionnées ci-dessus viennent combler grandement cet aspect.

De plus, le film utilise une grande violence pour parvenir à ses moyens, créant ainsi, par la même occasion, un divertissement ayant deux heures soutenues, dans sa version originale, brisant par la même occasion le stéréotype que les westerns peuvent être lents et ennuyeux. Et c’est relativement étrange puisque la version internationale du récit se retrouve amputée de trente minutes. Où ont-ils été capables de faire des coupes?? Il me faudrait comparer les deux versions pour comprendre puisqu’à première vue, la version «longue» de ce long-métrage peu de temps morts et peu de moments inutiles.

Mais pour revenir à Day of Anger, le grand nombre de scènes de violences permet au récit de sortir du moule habituel des westerns spaghettis, qui sont eux-mêmes très violents, pour créer une narration moderne à ce long-métrage, avec une structure en trois actes et un final enlevant.

À la réalisation, le critique que je suis, découvre Tonino Valerii, un grand réalisateur italien ayant touché la plupart des genres cinématographiques (Western, drame, comédie, action, giallo…) et ayant été travaillé à plusieurs reprises avec Sergio Leone.  Cette association entre les deux hommes se ressent tout au long du long-métrage avec une technique de réalisation, sans fautes, qui vogue entre une réalisation moderne et une réalisation imitant sans difficultés le maître du genre, Leone. Concrètement, cela se caractérise par des scènes fortes, des images fortes, et une certaine ingéniosité qui se ressent tout au long du récit. Un exemple assez rapide nous provient de l’apparition d’un tueur à gages, interprété par Benito Stefanelli (De la Trilogie du Dollar de Leone). Ce dernier débarque dans le troisième quart du long-métrage, apportant aussi un second souffle à une intrigue qui commençait tout juste à ralentir, et il se démarque avec un duel de chevalier, avec une arme à feu remplaçant la traditionnelle épée. Du jamais vu!!

Aussi, il me faut admettre que le design des bâtiments (et de l’ensemble de l’oeuvre) de Day of Anger démontre une certaine audace rarement vu. En plus de réutiliser certains des décors mythiques des longs-métrages de Sergio Leone, Valerii a fait construire certains décors (Dont un bâtiment en particulier…) qui sont tout droit sortis d’une bande-dessinée de Lucky Luke, sans que cela soit «Over-the-top» ou inappropriés en considérant le ton du film. Et parlant de meubles et de décors, c’est Riz Ortolani, un mastodonte italien récemment décédé, qui s’occupe de meubler les temps morts et les moments forts du film avec sa grande trame sonore. Ortolani est parvenu à créer une musicalité parfaite, avec des thèmes marquant l’esprit du spectateur par leur puissance musicale, tout en restant prisonniers de la tête de ce dernier, tel un ver d’oreille. Par-contre, le monteur de Day of Anger a fait un horrible travail de montage de cette trame sonore, avec le film en lui-même, causant des ruptures brusques entre les différentes pièces musicales, des ruptures qui risquent de vous faire bondir de votre siège.

Dans les rôles titres, nous avons Lee Van Cleef (The Good, The Bad & The Ugly) et Giuliano Gemma (The Leopard). Le premier est un vétéran du cinéma qui nous offre une des meilleures performances de sa carrière. Day of Anger comprend l’un des meilleurs personnages de sa filmographie et il ne se gêne pas pour nous offrir une grande prestation. Le second est l’un des plus grands acteurs italiens (Ayant travaillé dans une centaine de projets.), un acteur que personnellement, j’ai découvert grâce à Day of Anger. Gemma nous donne lui aussi une grande performance, démontrant l’étendue de son talent, dans un rôle tout aussi complexe à interpréter. Les autres membres du casting ne sont pas en reste. Eux aussi, ils nous offrent de grandes performances et ne restent pas dans l’ombre de leurs vedettes principales. Évidemment, quelques acteurs se démarquent et nous pensons ici à Walter Rilla (The Scarlet Pimpernel) qui joue un ami et figure paternelle du personnage de Gemma et à Benito Stefanelli (The Good, The Bad & The Ugly) qui jouit d’une apparition courte, mais mémorable, en interprétant un tueur à gages, engagé par certains personnages du récit.

Day of Anger est un film méconnu, ce qui est grandement dommage puisque nous avons ici un chef d’oeuvre quasi-parfait. Les défauts de ce long-métrage sont minimes : un scénario manquant légèrement d’originalité et une trame sonore ayant un montage négligé. En toute sincérité, Day of Anger se doit d’exister dans votre vidéothèque. Ce long-métrage est possiblement l’un des meilleurs westerns italiens, après les films de Sergio Leone, et un classique que tous devraient visionner au moins une fois. Et si vous avez la chance, tentez d’acquérir la version originale de ce long-métrage, une version qui vient tout juste d’être restaurée et diffusée en Blu-ray/DVD par les gars d’Arrow Video.

4.75/5


Réalisation : Tonino Valerii

Scénario : Ernesto Gastaldi, Tonino Valerii, Renzo Genta

Avec :  Lee Van Cleef, Giuliano Gemma, Walter Rilla, Christa Linder, Yvonne Sanson, Lukas Ammann, Andrea Bosic, Ennio Balbo, José Calvo, Nino Nini, Benito Stefanelli

Day of Anger
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
4.9

En conclusion

Day of Anger est un sacré bon film comme on en voit rarement. N’attendez plus et allez le visionner!!

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :