Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Gamera vs. Gyaos (1967)

Résumé : Alors qu’un volcan entre en éruption, un monstre ailé se réveille, causant beaucoup de troubles à un village adjacent et à un entrepreneur qui tente de les exproprier…

Critique : 

Pour ceux qui auraient lu la critique du précédant opus, j’ai mentionné que le facteur monstre était d’une faible qualité en comparaison au facteur humain, qui étant bien plus palpitant. Et bien, le retour à la réalisation de Noriaki Yuasa corrige ce défaut… En effet, le facteur monstre voit sa qualité rehausser, et ce, principalement grâce au facteur humain, qui devient par-moments, exécrable.

Yuasa ramène la franchise à un niveau enfantin, avec un protagoniste âgé de 10 ans, ou moins. Heureusement pour nous, ce personnage, et l’acteur, ne sont pas aussi horribles que dans le Gamera originel. Sauf, dans un aspect bien précis, le gamin est plus intelligent que l’armée japonaise. En effet, le film tente de copier un élément du 2e opus, lorsque l’armée se fait «dicter» par des civils ce qu’elle doit faire afin d’éradiquer la créature. Cependant, si cela était «techniquement possible» dans Gamera vs Barugon, ce ne l’est plus ici.

Puisque dans Gamera vs. Gyaos, c’est un entrepreneur en construction, interprété par Kôjirô Hongô, un acteur recyclé (et un peu perdu dans ce nouveau rôle) du précédant opus, et le gamin en question qui aident l’armée dans leurs décisions stratégiques. Et c’est sans parler une sous-intrigue d’expropriation par l’entrepreneur, que les résidents du village tentent d’empêcher,  même s’ils veulent que cela arrive, alors qu’ils tentent d’avoir plus d’argent, jusqu’à ce que la compagnie ne veut plus de leurs terres, ce qui les forcent à tenter de convaincre la compagnie de les acheter quand même, etc, etc, etc.

Pour ce qui est des monstres, nous avons droits aux moments les plus sanglants de la série, à ce point-ci de la franchise du moins. Les combats sont intéressants à suivre, ce qui est d’autant plus admirable, vu le restant du scénario.Par-contre, les effets spéciaux souffrent grandement de leur qualité et de leur âge lors de certaines scènes mettant en vedette le vampire Gyaos (Inspiré d’un antagoniste de Godzilla, antagoniste qui va lui-même s’inspirer de Gyaos ultérieurement), lorsqu’il vole dans les airs. Sa miniature ressemble alors à un recyclage/amélioration de la fausse chauve-souris présente dans deux des trois premiers opus. En conclusion, nous pouvons dire que, malgré-tout, ces opus est le dernier chant du cygne de la série, qui dès le prochain opus, commence à sombrer drastiquement vers le nanar assumé…

3/5


Directeur : Noriaki Yuasa

Scénariste : Nisan Takahashi

Acteur : Kôjirô Hongô, Kichijirô Ueda, Reiko Kasahara, Naoyuki Abe, Taro Marui, Yukitaro Hotaru Y, Yoshirô Kitahara

Gamera vs. Gyaos (1967)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.9

Summary

Malgré que la qualité générale de la franchise commence à décliner, Gamera vs. Gyaos offre un bon divertissement à son spectateur, qu’il soit petit ou qu’il soit grand…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :