Guns Akimbo (2019)

Résumé : Un gars compte sur ses compétences de gladiateur nouvellement acquises pour sauver son ex-petite amie de ravisseurs.

Critique : 

La carrière de Daniel Radcliffe a bien évolué depuis l’époque d’Harry Potter. Ce mardi, l’acteur est de retour pour un film d’action très attendu, Guns Akimbo. Ce dernier a connu un passage bien bien remarqué lors du dernier Festival international du film de Toronto. Mais aujourd’hui, c’est sur les écrans de télévision que Radcliffe débarque, armes aux poings, sur les diverses plateformes de VOD.

Miles, un programmeur informatique travaillant pour une firme spécialisée sur des jeux mobiles, vit une vie pathétique dans un appartement miteux. Il rêve de son ancienne copine et il se divertit en combattant les trolls sur le net. Néanmoins, cette activité va lui attirer l’attention du fondateur de Skizm; un jeu populaire où des participants doivent s’entre-tuer pour la victoire. Ce maniaque décide de lui greffer des pistolets aux mains et de forcer Miles à combattre la championne de son jeu, une femme fatale nommée Nix.

Guns Akimbo est une véritable lettre d’amour au cinéma d’action. Un hommage bien bourrin avec une esthétique sur l’acide. C’est le genre de film qui n’hésite pas à utiliser un classique de Jean-Claude Van Damme pour déclencher une séquence d’action. Avec une esthétique digne d’un jeu vidéo, le divertissement de Jason Lei Howden (Dawn on the Planet of the Apes) – un spécialiste des effets spéciaux – nous en met plein la figure tout en étant hyperactif, tel un enfant sous la cocaïne.

L’histoire assez simple nous propose de nombreux duels entre un pauvre loser urbain et une tueuse droguée. Le tout se fait sous un léger fond de science-fiction dans un monde où une nouvelle télé-réalité captive l’entièreté de la planète. À la tête de cette émission se retrouve Ned Dennehy (Mandy). L’acteur interprète un maniaque n’ayant pas peur de se salir les mains pour faire monter les cotes d’écoute. Même si cela signifie qu’il doit viser des armes à feu dans les mains d’un pauvre innocent.

Cette situation rocambolesque nous propose une ambiance survoltée où tout est un prétexte à une fusillade ou à une bonne blague. Guns Akimbo ne tente pas d’être subtile, malgré une approche à mi-chemin entre le cinéma de Guy Ritchie et le film Deadpool. Le simple fait de mettre un pantalon ou de manger une saucisse périmée dans une ruelle devient une aventure cinématographique. Une aventure qui fait beaucoup sourire, à défaut d’être originale ou imaginative.

Cependant, Guns Akimbo n’est pas un mauvais film en soi. Jason Lei Howden marque constamment sur un mince fil; un exploit qui lui permet de créer l’un des meilleurs films de 2020 à ce jour. Là où plusieurs cinéastes ont échoué avec une prémisse similaire, Howden utilise des drones, des poursuites à haute vitesse, des dialogues sortis des années 80, une trame sonore et musicale de l’enfer, des gallons de sang et des milliers de munitions. Il mélange le tout pour créer une montagne russe sanglante qui nous maintient sur le tout de notre siège jusqu’au générique de fin.

Il est inutile de dire que tout fanatique de cinéma d’action sera comblé par Guns Akimbo. Le divertissement est incapable d’arriver à la cheville des John Wick ou des The Raid. Mais Lei Howden apporte suffisamment de variété. Il mise sur la quantité plutôt que sur la qualité. Et puisqu’il est moindrement compétent, il parvient à exceller à ce niveau. Après tout, il n’y a rien de plus jouissif que de regarder Samara Weaving (The Babysitter) s’amuser avec un minigun comme si l’arme gigantesque n’était qu’un vulgaire jouet.

Lui seul défaut problématique de Guns Akimbo demeure sa séquence finale. Le reste de l’oeuvre n’est pas parfait, mais l’ensemble est suffisamment intéressant pour qu’on s’éclate comme un petit fou. Dans un duel au sommet, Guns Akimbo nous propose un affrontement ultime sur le toit d’un édifice. On y trouve la seule longueur ennuyeuse. Le scénario ne semble pas savoir comment s’arrêter et il décide d’entrer dans une discussion et dans une séquence rêvée. Pendant 90 minutes, on avance à une vitesse folle pour ensuite s’arrêter sur un pétard mouillé pendant près de cinq minutes. C’est un brin dommage.

Guns Akimbo est le « groupe punk trash » du cinéma d’action. Nous sommes devant une montée d’adrénaline pour laquelle il est impossible de détourner notre regard de notre écran. Le spectacle ne sera pas pour tout le monde. Mais si on peut passer à côté de son aspect abrasif et tape à l’oeil, Guns Akimbo devient alors une oeuvre grandiose.


Réalisation : Jason Lei Howden

Scénario : Jason Lei Howden

Avec : Daniel Radcliffe, Samara Weaving, Ned Dennehy, Rhys Darby, Natasha Liu Bordizzo, Mark Rowley, Hanako Footman, Grant Bowler

Guns Akimbo (2019)
4.5

Résumé

Guns Akimbo est aussi délicieux qu’un trip d’acide durant les années 80…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *