Actionerd

Paradis du cinéma d'action

I, Frankenstein (2014)

Résumé : La créature de Frankenstein (Aaron Echkart, The Dark Knight) a survécu à travers les âges jusqu’à notre époque où il sera coincé dans une guerre entre les Gargouilles et les Démons.

Critique : 

En général, le mois de janvier est cinématographiquement comparable au mois de janvier d’une bonne partie de la population. Comme les personnes qui prennent la résolution de maigrir, Hollywood se débarrasse de son mauvais gras, de ses mauvais films. Si, à de rares reprises l’industrie se trompe en sortant un bon film, la majorité du temps, Hollywood ne fait que générer des déceptions et des échecs, comme ce film… (Dont la sortie fut repoussée de 11 mois, pour sortir au mois de janvier!!)

Dès mon arrivée sur place, après un long trajet en voiture, j’ai tout de suite senti que quelque chose clochait. Ce film est ni plus ni moins, une nouvelle version d’Underworld accouplé avec un brin de Twilight. Entre Underworld et Frankenstein, il y a des ressemblances énormes. Des acteurs, des producteurs et des scénaristes sont présents sur les deux sagas.

Le scénario est plus ou moins le même. Un homme, représentant un certain intérêt pour une race peuplant la terre, se retrouve coincé dans une guerre entre deux clans. L’homme rencontre une fille, ils s’aiment, mais le personnage le plus faible se fait kidnapper. Le personnage se fait secourir pas son amour, happy-end et générique de fin. La gros différence réside dans le personnage principal, dans Underworld, c’est une femme, dans Frankenstein c’est un homme, ce qui donne le moment Twilight où Aaron Echkart se met torse nu et qu’un des personnages tente de ressusciter des rats…

Entre-vous et moi, outre le mauvais scénario  très inspiré d’Underworld, le choix des acteurs/des personnages laissent à désirer. Je ne sais pas si c’est la faute du script ou de la réalisation. C’est pas celle des acteurs, Aaron Echkart est l’un des meilleurs acteurs interprétant Frankie, depuis Christopher Lee et Robert DeNiro et les autres visages sont sympathiques, mais il y a quelques chose qui cloche avec leurs interprétations. La réalisation aussi est bien, il n’y a pas de caméra branlante et la direction artistique est plutôt jolie par moments. Mais bon, massacrer à ce point le mythe de Frankenstein, dans une pâle copie d’Underworld me fait songer que pour le prix d’un ticket, je pourrais louer les quatre volets de la saga Underworld, et attendre la sortie DVD, ce que je conseille amplement!!

1/5


Directeur : Stuart Beattie

Scénariste : Stuart Beattie, Kevin Grevioux

Acteur : Aaron Eckhart, Bill Nighy, Yvonne Strahovski, Miranda Otto, Socratis Otto, Jai Courtney et Kevin Grevioux

I, Frankenstein (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.9
Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :