Incoming (2018)

Résumé : La Station spatiale internationale est maintenant une prison – le site clandestin par excellence. Personne ne sort. Et personne ne sait qu’elle est là. Mais lorsque les terroristes emprisonnés prennent le contrôle de la station et en font un missile destiné à Moscou, seuls un pilote de navette et un médecin inexpérimenté peuvent les arrêter. Leur tâche est compliquée par un agent malhonnête de la CIA qui a ses propres plans pour la station et les terroristes qui l’intègrent.
Critique : 
Il était presque impossible de ne pas finir l’année 2018 en vous parlant de notre acteur chouchou, Scott Adkins (The Expendables 2). Adkins a connu une année intéressante avec Accident Man et The Debt Collector. Deux longs-métrages très respectables dont vous pouvez lire ou relire nos avis en parcourant le site. Le troisième projet de l’année, Incoming, a un peu passé sous les radars, avec raison. Le long-métrage est, sans le moindre doute, le pire effort de l’acteur pour nous divertir dans les douze derniers mois…
Dans une prémisse s’inspirant grandement d’Escape from New York et de Lock Out, Incoming se concentre sur un pilote de navette spatiale, une docteure et un agent de la CIA qui se rendent dans une prison spatiale pour effectuer une sorte de rapport de la situation. La prison contient les plus dangereux criminels de la planète. Mais lorsque ces derniers parviennent à s’évader de leur cellule, le trio devra reprendre le contrôle de l’établissement avec l’aide d’un gardien afin d’éviter le pire : la chute de la station sur Terre.
Incoming est un film pénible à regarder et à critiquer. Sans la présence de Scott Adkins, il est fort probable que cette critique n’aurait jamais lieu. Ce que nous avons devant les yeux, c’est des décors intérieurs limités, des effets spéciaux parfois très douteux ainsi que beaucoup de scènes où des gens discutent. En réalité, une bonne partie de l’action consiste à regarder Adkins et ses compagnons de misère avoir des discutions dans une aile de la prison où se situent des cellules vides.
L’acteur n’est pas réellement à son aise. Dans une sortie de contre-emploi, il doit jouer le héros américain dur et brutal. Un genre d’agent secret qui est capable de tuer une cellule terroriste du Vatican avec la force de son regard de feu et de sa pilosité faciale parfaite. Adkins est contraint de délivrer de longs dialogues avec un accent américain atroce et de contenter de quelques maigres scènes de combats, peu intéressantes et filmées sans grands éclats. Bien que cela risque d’être une critique sévère, le traitement de la superstar et son utilisation dans Incoming se compare étrangement avec un mauvais Steven Seagal.
Eric Zaragoza, dont c’est la première réalisation, tente de reposer son œuvre sur la tension et non sur l’action. Bien qu’il a une once de talent, il échoue dès les premiers instants à créer un sentiment de tension ou de danger. Son traitement de l’action se ressent comme un bruit de fond alors que la table est mise pour des conversations entre nos héros et les terroristes qui sont « une meute de loups ». Inutile de dire qu’aucun des personnages n’est crédible, menaçant ou aimable. Entre la bonne docteure qui se fait duper par le mâle alpha (oui, le chef terroriste se surnomme « alpha »…) et notre héros principal, le pilote de navette au grand cœur, rien dans le scénario ne permet aux acteurs d’offrir une performance convaincante.
Pour revenir sur l’action, celle-ci est la seule raison principale (après Adkins) qui me retient de tirer à boulets rouges sur Incoming. Zaragoza réussit heureusement à cadrer quelques bons mouvements et coups de poing de ses acteurs principaux, laissant la porte ouverte à quelques clips sur YouTube. Parce qu’entre ces derniers et un pseudo combat de sabres laser avec des matraques électriques, il n’a rien à sauver d’Incoming.
Bien des divertissements de seconde zone se méritent une bonne zone sur Actionerd parce qu’ils ont du cœur et qu’ils ont des qualités techniques indéniables. Hélas Incoming n’offre rien pour justifier son existence…


Réalisation : Eric Zaragoza
Scénario : Rick Benattar, Jorge Saralegui, Nigel Thomas
Avec : Scott Adkins, Aaron McCusker, Michelle Lehane, Vahidin Prelic, Lukas Loughran, Alaa Safi

Incoming (2018)
0.7

Résumé

Faisant sa place parmi les pires films de 2018, Incoming est un long désastre qui ne s’achève jamais.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *