Jack Ryan: Shadow Recruit (2014)

CritiqueEn vedette

Écrit par

Résumé : Ancien soldat devenu analyste financier travaillant pour la CIA, Jack Ryan (Chris Pine, Star Trek) se voit de voyager en Russie afin d’enquêter sur des transactions financières douteuses pouvant liées à un attentat terroriste.

Critique : 

Il y a des bandes annonces qui ne montrent pas d’images du film, qui dévoilent toute l’intrigue, qui sont constituées que d’une scène du film, qui montent des images qui ne seront pas dans le film, qui parlent d’une film qui n’existe pas… Hollywood a toujours eu un don pour publiciser ses long-métrages de façon originale. Cette fois-ci, elle tente une nouvelle méthode, parler d’un film en inventant un intrigue qui n’est pas présente dans le film. Désolé de vous dévoiler une partie du scénario, mais n’espérez pas voir le film présent dans la bande annonce.

Dans les faits, Ryan va au point A, au point B, au point C et c’est fini. Les Américains sont gentils, les autres sont méchants. Tout est linéaire et prévisible, malgré un détour de cinq minutes aux deux tiers qui se résulte en une course-poursuite peu intéressante grâce à la maudite caméra qui branle comme lors d’un tremblement de terre (En plus, elle se déroule la nuit avec des véhicules noirs…), un problème qui se trouve dans la quasi-totalité des scènes d’action. L’histoire se déroule rapidement. Pas besoin de prendre du temps pour développer les personnages, sauf pour une introduction en flashbacks qui montrent Pine interpréter son personnage alors qu’il avait 20 ans (visuellement peu convainquant), ou Pine combattre pour se remettre d’une blessure de guerre qui l’empêche de marcher et qui lui fait horriblement mal.

D’ailleurs, la blessure disparaît, un peu comme le chien qui a été kidnappé pour une scène, parce qu’il fallait un chien (Et c’est Costner qui l’a dit…). Pour revenir à la blessure, Ryan a un accident de moto et saute d’un véhicule en marche à haute vitesse, dans la même scène, sans dommages, mais elle est toujours existante lorsque Ryan secoue son flacon de médicaments devant le méchant, preuve qu’elle n’est pas guérie. Pour ce qui est du reste, le scénario nous offre quelques autres étrangetés que je vais taire pour éviter de tout dévoiler du scénario…

À la réalisation, Branagh est plutôt intéressant dans les moments n’ayant pas d’action, il nous offre quelques jolis plans de Russie, des États-Unis et de l’Afghanistan. Et dans l’ensemble, les acteurs sont plutôt sympathiques. Chris Pine est un acteur qui interprète Ryan de façon compétente, Kevin Costner est une valeur sure, Branagh est bon dans son rôle de vilain tout droit sorti d’un film des années 80 ou d’un cartoon pour enfants et Keira Knightley joue la demoiselle en détresse de service… Fait intéressant, Colm Feore qui jouait un des méchants de l’opus avec Ben Affleck, joue ici un des protagonistes dans cet opus, dans un différent rôle.

Au final, que dire du film? Rien, à part que Jack Ryan: Shadow Recruit est une grosse déception. Un long-métrage idéal pour une location au club-vidéo un dimanche après-midi enneigé et pluvieux, qui a déçu mes attentes et qui permis de passer une soirée à regarder mon montre d’ennui, au lien de l’écran de ciné…


Directeur : Kenneth Branagh

Scénariste : Adam Cozad  et David Koepp

Acteur : Chris Pine, Kevin Costner, Kenneth Branagh, Keira Knightley et Colm Feore

Laisser un commentaire