Love, Death & Robots – Saison 1 (2019)

Voici la critique de la série Love, Death & Robots. Pour cet article, les dix-huit courts-métrages composant cette première saison seront décortiqués individuellement, avec de courts avis de trois ou quatre phrases. Neuf critiques sur la première page et les neuf autres sur la seconde page. À la fin, une note globale sera attribuée à la saison dans son ensemble. Aucun spoiler en vue. Bonne lecture!!

1. Sonnie’s Edge

Résumé : Dans l’univers des combats de « bêtes », Sonnie reste imbattable, pour autant qu’elle conserve son atout.

Avis : Une entrée dans le monde des combats de monstres à la sauce Pacific Rim. L’animation est splendide et l’action l’est tout autant. Excellent revirement de situation à la fin. C’est possiblement l’un des meilleurs courts-métrages de la collection.

Note : 4.5 / 5

2. Three Robots

Résumé : Bien après la chute de l’humanité, trois robots font une visite touriste d’une ville post-apocalyptique.

Avis : Définitivement un court-métrage humoristique ou pour les amateurs de chats. Malgré un message écologique un peu trop forcé, l’histoire des trois robots et de leur nouvel ami à quatre pattes permet de rire de la stupidité de la race humaine.

Note : 3.5 / 5

3. The Witness

Résumé : Après avoir été le témoin d’un meurtre violent, une femme fuit le tueur dans les rues d’une ville surréaliste.

Avis : Visuellement intéressant, l’histoire de The Witness est extrêmement prévisible. C’est dommage, puisque le tout se résume à une course-poursuite, à un meurtre et à beaucoup de nudité. À part cela, rien n’est particulièrement intéressant dans ce segment.

Note : 1.5 / 5

4. Suits

Résumé : Les fermiers d’une communauté utilisent leurs mécanos artisanaux pour défendre leurs proches contre une invasion extraterrestre.

Avis : Rempli d’action, spectaculaire, intense. Trois objectifs qui qualifient à merveille le meilleur segment de Love, Death & Robots. Avec une animation digne d’un jeu vidéo,  nous suivons Hank, Jake et Mel qui tentent de défendre leurs biens coûte que coûte. Du pur divertissement, dans ce qui est ma foi un amalgame parfait entre le troisième volet de la saga The Matrix et Aliens.

Note : 5 / 5

5. Sucks of Souls

Résumé : Libéré au cours d’une fouille archéologique, un démon doit combattre des mercenaires armés de chats.

Avis : Dans une dizaine de minutes sanglantes, nous sommes transportés dans un double hommage – au cinéma des années 80 et à The Mummy (celui de 1999). L’humour est intéressant, les clins d’oeil sont nombreux et l’animation est sympathique. Une recommandation pour tout fan de classiques comme Predator ou Starship Troopers.

Note : 4 / 5

6. When the Yogurt Took Over

Résumé : Des scientifiques créent un yogourt hyper-intelligent, qui a bientôt soif de dominer le monde.

Avis : Un court-métrage très très court sur un futur possible où un yogourt serait l’intelligence suprême de la planète. Une vidéo intéressante mais trop courte pour que l’on puisse s’y attacher. Elle se limite à une simple voix faisant une narration devant des images de produits laitiers…

Note : 2.5 / 5

7. Beyond the Aquila Rift

Résumé : Ayant bifurqué à des années-lumière de son itinéraire, l’équipage d’un vaisseau veut découvrir où il s’est rendu.

Avis : Un court-métrage digne de la scène d’introduction d’un jeu vidéo, Beyond the Aquila Rift manque de substance. Malgré un bon revirement de situation, le tout semble être un concept qu’il est impossible d’explorer. Une réalité qui se révèle être trop ambitieuse pour ses créateurs.

Note ; 2 / 5

8. Good Hunting

Résumé : Le fils d’un chasseur d’esprit tisse des liens avec un métamorphe.

Avis : Good Hunting est un cas particulier. Son histoire est peu intéressante sur le fond, mais le tout explore certains thèmes avec brio. Des thèmes comme la misogynie ou la modernité. Le tout est un chef d’œuvre peut-être trop intellectuel pour certains. Qu’importe car cette exploration d’une Chine à la sauce steampunk mérite votre détour.

Note : 3 / 5

9. The Dump

Résumé : Dave est chez lui à la décharge, et il n’est pas prêt de s’en laisser imposer par un fin finaud de la ville.

Avis : The Dump est comme une mauvaise blague qui n’arrive jamais. Cette comédie horrifique à propos d’un vieil homme et de ses déchets ne va nulle part. C’est comme un intermède dans Love, Death & Robots. C’est dommage car il comprend deux grosses pointures au sein de son roster vocal. Avec Nolan North (la saga Uncharted) et Gary Cole (Office Space).

Note : 1.5 / 5

Écrit par Michaël Michaud

Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

View all posts by Michaël Michaud →

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.