Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Pound of Flesh (2015)

Résumé : Après une aventure osée, un homme se réveille le lendemain, dans sa chambre d’hôtel, avec un rein en moins. Le problème? Ce rein était destiné à sa nièce, gravement malade. Dès lors, cet homme n’aura qu’un seul objectif en tête : se venger.

Critique : 

Après quelques années à jouer les seconds rôles dans des productions de plusieurs envergures (The Expendables 2, U.F.O., Swelter…), Jean-Claude Van Damme est retour avec Pound of Flesh, un film d’action qui marque une troisième collaboration entre JCVD et Ernie Barbarash, réalisateur de ce film. Par le passé, les deux hommes nous ont offert les meilleurs moments de Van Damme depuis le début du dernier millénaire. Es-ce que la réussite est de retour pour cette nouvelle collaboration? Pas si sur…

Pound of Flesh démarre avec l’arrivée de Deacon aux Philippines (Même si ce film a clairement été tourné en Chine…). Deacon, un mercenaire, est en voyage dans ce pays afin de donner son rein à sa nièce mourante. Rapidement, les choses dégénèrent lorsque son rein est volée par une prostituée qu’il a sauvée d’un homme abusif. Dans une véritable course contre la montre, il tente de retrouver son organe, avant qu’il ne soit trop tard…

Pound of Flesh avait tout pour lui : Des acteurs au sommet de leur forme, un scénario assez crédible, un réalisateur compétent… Malheureusement, le résultat final est assez décevant. Pourtant, l’histoire de Pound of Flesh assez palpitante : Une histoire de revanche, avec un soupçon de la série 24 pour pimenter le tout ainsi qu’un conflit humain entre le personnage de Deacon et son frère, histoire d’épaissir la sauce, de rendre le récit plus dense. C’est ce qui constitue le scénario de Joshua James (Alien Uprising). Malgré une histoire simpliste, ces nombreux éléments permet à ce long-métrage de proposer, sur papier, une histoire de qualité, ce que plusieurs films d’action se répugnent à faire, en se contentant d’offrir de l’action, que de l’action.

Ceci étant dit, la principale force de récit, c’est le conflit de valeurs entre le personnage de Deacon et de George. L’un tue pour gagner sa vie (En fait il se spécialise dans le recherche et l’extraction de personnes kidnappées, mais on passera sur les détails…) et l’autre dévoue sa vie à l’enseignement et à la religion. Et pourtant, c’est leur conflit qui permet au récit d’avancer dans des directions parfois surprenantes et qui rend cette histoire si intéressante.

Par-contre, techniquement parlant, Pound of Flesh est un vrai foutoir. Ernie Barbarash (Assassination Games) est un réalisateur capable de bonnes choses. C’est un fait qu’il nous a prouvé à plusieurs reprises, incluant ses deux participations avec JCVD. Dans Pound of Flesh, nous pouvons retrouver une partie de son charme, mais les nombreux faux-raccords et figures de style plombent littéralement l’exécution de son travail. Puisque ce long-métrage a un budget relativement petit, nous sommes enclins à pardonner quelques faiblesses comme les transitions de scènes (Où Barbarash tente de reproduire les transitions des séries CSI, mais avec des moyens limités et un montage épileptique.) ou les fonds verts d’une qualité médiocre. Cependant, nous ne pouvons pas lui pardonner quelques drôleries comme des passants qui photographient la production ou le « X » montrant la position des acteurs qui est parfois visible.

Mais, c’est surtout dans le premier tiers de ce long-métrage que Barbarash se trompe royalement. D’abord, il nous introduit toute la scène du vol de rein (Ainsi que le plan drague, le plan cul et la scène de combat introduisant le tout…) en flashback, une pratique discutable mais nécessaire. Mais, pour pimenter le tout, Barbarash décide d’ajouter un montage agressif rendant ses séquences insupportables. Et ensuite, durant ce même tiers, Barbarash décide d’imiter John Woo en utilisant le zoom de ses caméras pour faire plusieurs gros plans sans émotions, créant ainsi des mouvements de caméra dignes d’un mauvais roman savon américain. Et que dire de la trame sonore insipide, qui peine à supporter l’intrigue, malgré quelques bons moments, principalement dans le dernier tiers.

Mais, bien entendu, l’intérêt principal de ce long-métrage, c’est la présence de Jean-Claude Van Damme (Kickboxer) dans le rôle titre. En tant qu’acteur, Van Damme trouve dans ce film l’un de ses meilleurs rôles de sa carrière. Sa performance égale, ou surpasse c’est selon, sa prestation de JCVD, long-métrage faussement biographique qui fut acclamé par les critiques en 2008. Cependant, Van Damme a décidé, par la force de l’âge, des blessures ou des raisons personnelles, d’utiliser des nombreuses doublures que Barbarash ne tente même pas de camoufler. Ces dernières n’ont pas le même physique de Van Damme et ont d’affreuses perruques, rendant par la même occasion la plupart des combats involontairement drôles.

Ceci étant dit, les meilleurs moments en termes d’action (À l’exception du grand écart de JCVD…) proviennent de Darren Shahlavi (Yip Man 2). En plus d’offrir la performance de sa carrière, les trois affrontements obligatoires entre Shahlavi et Van Damme sont clairement les moments forts du récit et nous font nous rappeler à quel point le monde de l’action a perdu un grand homme lorsque Shahlavi est décidé plus tôt cette année. Également, le casting principal de ce long-métrage se complète avec les présences de John Ralston (Life with Derek) et d’Aki Aleong (The Quest). Les deux hommes ont de bonnes présences et des moments forts, l’un jouant le frère de Deacon et l’autre jouant l’ami/simili-mentor de Deacon.

Pound of Flesh n’est pas un échec monumental. Visiblement plombé par le manque de moyens et par les largesses de son réalisateur, Pound of Flesh n’atteint jamais son potentiel, se contentant d’être un autre film de Van Damme sortant directement en DVD (Même si techniquement Pound of Flesh a sorti en salles américaines et en vidéo sur demande partout en Amérique du Nord…), sans aucune émotion. Ce film n’est à recommander que pour les adeptes du célèbre acteur belge, le reste de la population sera, sans nul doute, déçu par la proposition cinématographique que représente Pound of Flesh

2.75 / 5


Réalisation : Ernie Barbarash

Scénario : Joshua James

Avec : Jean-Claude Van Damme, Darren Shahlavi, John Ralston, Aki Aleong, Kevin Lee, Andrew Ng, Terese Cilluffo, Temur Mamisashvili, Jason Tobin, Brahim Achabbakhe, Mike Leeder

Pound of Flesh (2015)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.7

En conclusion

Véritablement déception, Pound of Flesh ne répond tout simplement pas aux attentes. Quel dommage…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :