Rage (1995)

Résumé : Un groupe de milices de droite corrompu choisit un enseignant californien comme spécimen idéal à cloner pour son armée.

Critique :

Il est évident que Gary Daniels (Bloodmoon) a eu une brillante carrière cinématographique et plusieurs chapitres de sa filmographie proviennent du studio PM Entertainment. Un cas typique des films de ce studio est Rage, un long-métrage de 1995 réalisé par l’une des têtes fondatrices de la compagnie, Joseph Merhi lui-même. Et Rage a tous les défauts et les qualités de PM Entertainment

Nous suivons un père de famille dont une journée banale se transforme en cauchemar après qu’un homme armé entre de force dans sa voiture. De fil en aiguille, le pauvre homme devient la victime d’une expérience gouvernementale pour créer un super soldat, une expérience qui lui donne des crises de rage. Dans son ensemble, le scénario du film peut se comparer à version du classique de Joel Schumacher où l’on aurait remplacé les trois quarts du scénario par des scènes d’action.

Rage touche les bonnes notes, mais le divertissement qui s’y dégage est tout simplement moyen. Le scénario comprend tellement de scènes d’action, que nous avons qu’une vingtaine de minutes pour accepter d’un enseignant de primaire devient un monstre à l’appétit digne d’Obélix et capable de tuer des dizaines de personnes en un claquement de doigts; un monstre poursuivi par une horde de policiers corrompus.

Le seul élément qui mérite votre attention, comme dans les films du studio PM Entertainment, c’est les scènes d’action. Rage vit et meurt par ses scènes d’action. Heureusement, le long-métrage en a plusieurs dans sa manche. La plus spectaculaire étant bien entendu une poursuite sur une autoroute où Gary Daniels joue aux autos tamponneuses avec un semi-remorque. Rage tente simplement d’apporter le genre d’action que nous voyons habituellement dans les classiques de John Woo et de Jackie Chan et de l’incorporer à la sauce américaine.

De nombreux cascadeurs et acteurs ont mis leur vie en danger pour réaliser cet exploit qui est une réussite de A à Z. Rage se trouve parmi les productions américaines fauchées les plus réussies de tous les temps. La seule chose qui empêche le long-métrage d’avoir la réputation qu’il mérite, c’est la réalisation de Joseph Merhi (Spartan). Bien qu’il soit un producteur émérite, il se trouve être un réalisateur assez moyen. Pas mauvais en soi, mais il est simplement incapable de mettre en images des scènes d’action aussi spectaculaires sans les doter de répétitions inutiles, de longueurs ou d’un montage anémique. Ce qui fait que même si nous voyons des choses spectaculaires se produire, le tout se voit comme un vulgaire DTV des années 90…

Dans le rôle principal, Gary Daniels est convainquant, même s’il ne parvient pas à nous convaincre. L’acteur livre une performance adéquate et il est spectaculaire dans les scènes d’action. Néanmoins, il y a un petit quelque chose qui nous empêche de croire que Daniels est réellement un maniaque. Le reste de la distribution est composée d’acteurs plus ou moins bons. Néanmoins, nous pouvons noter les présences de Peter Jason (48 Hrs), Kenneth Tiger (Lethal Weapon 3) et Mark Metcalf (Buffy the Vampire Slayer).

Rage est un bon film avec des scènes d’action spectaculaires et beaucoup d’excitation pour le spectateur. Il faut juste considérer que nous avons un réalisateur moyen qui aime étirer son long-métrage et répéter ses scènes d’action, et que nous avons un scénario si mince qu’il est capable de nous balancer un couple de ninjas sadomasochistes…


Réalisation : Joseph Merhi

Scénario : Joseph John Barmettler, Joe Hart

Avec : Gary Daniels, Kenneth Tigar, Fiona Hutchison, Jillian McWhirter, Peter Jason, Mark Metcalf, Tim Colceri

A propos de Michaël Michaud 369 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.