Scorched Earth (2018)

Résumé : Une chasseuse de primes nommée Atticus Gage traque un criminel ayant un lien avec son enfance dans une Terre post-apocalyptique.

Critique :

Il y a de cela plus d’une décennie, le cinéaste britannique Peter Howitt a réalisé le délectable Johnny English. Après une décennie passée sur le déclin et à pratiquer son jeu d’acteur, Howitt revient sur le devant de la scène avec Scorched Earth, un petit film d’action tourné dans un coin paumé du Canada. Le long-métrage a plusieurs atouts dans sa manche avec une ambiance de western post-apocalyptique et la bouille sympathique de Gina Carano (Deadpool) dans un rôle qui devait initialement aller à Sean Bean.
Scorched Earth tente par tous les moyens de plaire. Son ambiance dépressive s’agence parfaitement avec l’humour minimaliste, mais efficace d’un scénario incomplet écrit par le duo Kevin Leeson (1922) et Bobby Mort (The Colbert Report). L’idée derrière Scorched Earth est intelligente, mais son exécution manque de finition. L’univers post-apocalyptique proposé est assez intrigant avec la Terre qui fut ravagée par des événements météorologiques qui forcent aujourd’hui la population à vivre dans la misère et à respirer dans des masques antipollution. Le long-métrage a la chance d’avoir une spécialiste en arts martiaux dans le rôle-titre, mais mise plutôt sur les talents d’interprétation de Carano pour supporter le film.
Face à elle, nous avons un vilain qualifié qui n’est ni plus ni moins qu’un barbu portant du mauvais maquillage et ayant une fascination pour Simon Bolivar (ancien général de l’armée vénézuélienne). Mais devant un scénario qui ne mise pas sur l’action, Scorched Earth tourne souvent en rond et répète à quelques reprises les mêmes thématiques. Cela affecte le rythme du divertissement qui souffre ainsi de nombreux temps morts. Et lorsque l’action arrive finalement, nous sommes coincés à une pauvre bataille entre des bandits et un char d’assaut de marque Toyota. Il y a certes quelques surprises pour sortir le spectateur de l’ennui que Scorched Earth propose. Le problème, c’est qu’ils sont si évidents que nous avons déjà une longueur d’avance sur les propos du long-métrage.
Derrière la caméra, nous retrouvons bien évidemment le célèbre Peter Howitt. Le cinéaste n’a rien perdu de son flair visuel, mais il a devant lui un scénario médiocre et peu de moyens financiers. À cause de cela, Peter Howitt est incapable de créer un véritable sentiment d’excitation envers son projet ou une véritable scène d’action digne de ce que nous voyons régulièrement dans le monde du DTV. Il parvient heureusement à corriger le tir dans les dernières dix minutes dans un hommage subtil au Django de 1966; un hommage où Carano doit se battre avec un affreux casque de vélo sur la tête. De plus, il faut dire que le montage de Richard Schwadel (Monster Trucks) n’aide pas la cause avec un enchaînement de scènes assez mou et sans enthousiasme. Sur une note moins positive, il ne faut pas passer à côté de la trame sonore de Rich Walters (Chappie) qui est si générique et peu originale que l’on a souvent l’impression d’entendre divers morceaux de trames sonores provenant d’autres trames sonores toutes aussi génériques.
Gina Carano est de loin la meilleure actrice de la production. Si son jeu laisse à désirer, surtout dans des moments verbaux, elle assure avec une présence physique inégalée. Face à elle, Ryan Robbins (Sanctuary) propose un antagoniste assez fade surtout que son homme de main (l’efficace Dean S. Jagger (Corbin Nash)) se révèle être une menace bien plus crédible. Un John Hannah (The Mummy) assez fade vient également faire un tour dans ce monde post-apocalyptique le temps de quelques scènes.
Le long-métrage n’est pas une grande réussite. Scorched Earth gaspille son actrice principale et son réalisateur dans les méandres d’un western générique qui est parfois ennuyeux à mourir. Néanmoins, la conclusion laisse possible l’arrivée d’une éventuelle suite qui pourrait être intéressante dans la mesure où elle est faite par des mains plus compétentes et plus concises.


Réalisation : Peter Howitt

Scénario : Kevin Leeson, Bobby Mort

Avec : Gina Carano, Ryan Robbins, Dean S. Jagger, Stephanie Bennett, John Hannah, Alisha Newton, Patrick Gilmore, Patrick Sabongui

Scorched Earth (2018)
1.5

Résumé

Un peu comme ses personnages, Scorched Earth manque rapidement de souffle dans une planète Terre affectée par des conditions météorologiques toxiques.

Envoi
User Review
4 (1 vote)
Un commentaire

Laisser un commentaire