Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Snakes on a Plane (2006)

Résumé : Un agent du FBI se retrouve coincé dans un avion plein de serpents venimeux mortels, libérés délibérément par un patron de la mafia, afin de tuer un témoin transporté cet avion, d’Honolulu vers Los Angeles, pour témoigner contre lui.

Critique : 

Il est dommage de ce genre de cinéma soit réservé à aux chaînes de télévision américaines et aux studios de seconde zone. En général, ils ne font que produire des navets de seconde zone. Contrairement à ces projets, Snakes on a Plane met beaucoup d’efforts et beaucoup d’argent pour créer un divertissement crédible où des serpents prennent d’assaut un avion. Un divertissement qui est rapidement devenu la coqueluche de nombreux cinéphiles.

Surfeur prenant du bon temps à Hawaï, Sean Jones est témoin d’un meurtre commis par le parrain de la mafia locale. Pris en charge par un agent du FBI, un certain agent Flynn, Jones se fait escorter jusqu’à Los Angeles où il pourra témoigner le puissant criminel asiatique. Les deux hommes prennent place dans un avion commercial, se camouflant parmi les passagers. Néanmoins, lorsque l’avion sera au-dessus de l’océan Pacifique, des centaines de serpents venimeux seront relâchés, au plus grand malheur des passagers, coincés dans cette conserve volante.

Snakes on a Plane joue dans une simplicité pure et dure. Vous avez un avion, des serpents, une distribution remplie d’étoiles montantes (à l’époque), et on y ajoute Samuel L. Jackson (Pulp Fiction). Le film mise beaucoup sur la présence de l’acteur pour justifier sa démarche. Avec un personnage bâti sur mesure, le divertissement profite de la présence de l’acteur pour se bâtir une certaine crédibilité. Il est le héros parfait, qui pousse des jurons et qui est sans pitié pour les pauvres créatures. Oui, le scénario est absurde et improbable, mais la seule présence de l’acteur permet à recentrer le propos du divertissement dans quelque chose de plus concret.

Et concrètement, nous avons entre les mains un carnage aérien impliquant des serpents. Le film mise plus que l’aspect pop-corn de la chose, plutôt que sur l’horreur. Pourtant, c’est le réalisateur David R. Ellis (Final Destination 2) qui est derrière la caméra. Un spécialiste du cinéma d’horreur qui se tient étrangement loin de la chose. Les bestioles ne prennent pas l’occasion de choquer avec leurs meurtres. Les traditionnels pervers, jeunes avides de sexe et vieux salopards seront bien évidemment parmi les victimes. Mais pas nécessairement les bons gars ou les bébés. C’est un peu triste si l’on considère Snakes on a Plane comme un véritable film d’horreur. Mais si on prend le tout comme un film d’action, le divertissement est excellent, notamment grâce au rythme effréné qui nous est dicté par les nombreuses attaques des reptiles.

Néanmoins, si l’on prend Snakes on a Plane comme un film d’action, il est dommage de constater que le divertissement n’a pas de véritable antagoniste. La faible durée du divertissement et l’emphase de ce dernier sur les serpents font que le grand méchant du film n’a que deux scènes. Byron Lawson n’a pas vraiment l’étoffe d’un puissant caïd local. L’acteur a un très limité et sa faible usage ne fait qu’accentuer cet aspect. Le divertissement rate par la même occasion d’avoir un autre fort caractère pour menacer Samuel L. Jackson et son agent du FBI qui n’a pas la langue dans sa poche.

Il est facile de démolir et de louanger Snakes on a Plane. Les principaux éléments du film ont été épargnés par cette critique. Pourquoi ? Parce que Snakes on a Plane n’est pas le genre de cinéma que l’on peut analyser objectivement. C’est tout simplement une montagne russe qui nous propose un peu de fast-food cinématographique pour notre plus grand plaisir.


Réalisation : David R. Ellis

Scénario : John Heffernan, Sebastian Gutierrez, David Dalessandro

Avec : Samuel L. Jackson, Julianna Margulies, Nathan Phillips, Rachel Blanchard, Kenan Thompson, Lin Shaye, Terry Chen, David Koechner, Bobby Cannavale, Taylor Kitsch

Snakes on a Plane (2006)
3

Résumé

Snakes on a Plane est une folle virée aérienne comme Hollywood est incapable de produire de nos jours.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :