Stretch (2014)

Résumé : Stretch (Patrick Wilson, Insidious), un chauffeur de limousine marqué par une rupture récente et hanté par le fantôme de Karl avec un K (Ed Helms, The Hangover), décide prendre comme client un millionnaire timbré (Chris Pine, Star Trek) afin d’éponger une dette de jeu.

Critique : 

Il y a une certaine arnaque dans Stretch. La majorité des sites (IMDB, Rotten Tomatoes, Wikipédia, Google Play, ITunes, Allociné, etc.) caractérisent ce long-métrage comme étant un film d’action et une comédie. Pour la partie «action» du film, je vous assure qu’à l’exception d’un fusillade (de cinq au dix secondes), une course à pied et une pseudo-poursuite en voiture, Stretch n’est pas un film d’action. Pour ce qui est de l’aspect «comédie», Stretch n’est pas drôle.

Certes, les caméos sont géniaux (À l’exception de Randy Courture (Expendables) qui est plus ou moins utile.). J’ai particulièrement aimé la courte apparition de Norman Reedus (The Walking Dead), qui fut le seul moment comique pour ma part. Qui sait, je suis peut-être un mauvais spectateur pour apprécier Stretch. Pourtant, on reconnaît la patte de Joe Carnahan, celle que l’on a pu voir dans Smokin’s Aces. Le hic, c’est qu’ici, la colle ne permet pas de maintenir l’univers de Carnahan en un tout cohésif, solide et intéressant. L’intrigue nous est livrée de façon très téléphonée (coups de fil et messages textes) et nous avons le droit à une narration pour alourdir le tout.

Et lorsque les gags arrivent, nous sommes trop ennuyés par le film pour en rire. Attention, le long-métrage est immensément divertissant, lorsque Chris Pine traverse l’écran, mais il n’est pas présent pendant les 90 minutes. Son personnage part dans une orgie costumée sado-maso zoophile (?!?) au milieu du film et disparaît jusqu’au final, dont la dernière scène est d’un ridicule… Pour tenter de combler le vide, Stretch tente de nous assommer avec un lot de situations ridicules, comme un rappeur blanc chantant une chanson sur la fellation ou des apparitions quasi-fantomatique d’un muscle-car rose.

Au-moins, la réalisation de Carnahan est excellente. Il permet avec efficacité à cacher la faiblesse du budget et certaines scènes sont d’une créativité étonnante, comme la scène avec le «haut-parleur humain». Les acteurs aussi sont géniaux. Ils ne vont pas gagner d’Oscars pour leur performance, mais chaque personne tente de tirer vers le haut (en termes de qualité) Stretch. Wilson parvient à maintenir le film sur ses épaules, malgré la faiblesse du scénario. Ed Helms est génial en fantôme, même si ses scènes n’arrivent pas à la cheville de celles avec Pine, qui est parfait en milliardaire timbré. Le seul regret est Jessica Alba (Machete) passe le long-métrage à être assise devant un ordinateur.

En conclusion, Stretch est un film, qui en dépit de son casting et de sa réalisation compétente, ne parvient pas à offrir un divertissement de qualité. La faute étant à un scénario trop confus et aucunement drôle…

3.25/5


Réalisation : Joe Carnahan

Scénario : Joe Carnahan, Rob Rose, Jerry Corley

Avec : Patrick Wilson, Brooklyn Decker, Jessica Alba, Chris Pine, Ed Helms,  James Badge Dale, Matthew Willig, David Hasselhoff, Randy Couture, Ray Liotta, Norman Reedus

Stretch (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.7

En conclusion

Il est possible que vous saurez apprécier Stretch, ce qui n’était pas mon cas. Mais soyez avertis : l’action est inexistante et l’aspect comique, n’est peut-être pas aussi drôle que prévu…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *