The Equalizer (2014)

Résumé : Un homme croit qu’il a mis son passé mystérieux derrière lui et se consacre à entamer une nouvelle vie tranquille. Mais quand il rencontre une jeune fille sous le contrôle de gangsters russes ultra-violents, il ne peut pas rester les bras croisés – il doit l’aider.
Critique : 
Bien qu’il ne soit pas le meilleur cinéaste, il reste qu’Antoine Fuqua a un certain flair pour le cinéma d’action. Il est une valeur sûre dans le domaine. Un registre qu’il exploite presque continuellement depuis les années 90, et son passé dans le monde de la musique. Un registre qu’il exploite de tant à autre avec l’un de ses acteurs chouchous, Denzel Washington (Training Day), comme ce fut le cas en 2014 avec l’adaptation de la série The Equalizer.
Robert McCall est préposé dans un magasin spécialisé dans le domaine de la rénovation. Il adore passer ses soirées à lire des romans célèbres, jusqu’au moment où une jeune femme fréquentant le même restaurant que lui se fait sauvagement attaqué par son employeur McCall doit alors retourner dans son passé de violence pour venger son amie.
Bien que Fuqua et Washington parviennent à dépoussiérer avec brio le mythe de Robert McCall, The Equalizer cache au plus profond de lui-même un duel entre deux visions cinématographiques radicalement opposées. Entre un cinéaste qui cherche à créer un film d’action stylisé et un scénariste (Richard Wenk, The Expendables 2) explorant les limites du cinéma d’action en DTV. The Equalizer est un excellent film d’action, mais il se prend trop au sérieux avec une prémisse qui n’est en soi pas si originale que cela.
Mais ce qui cimente ces deux visions, c’est bien évidemment Robert McCall. Ne prenant que l’idée de base de la série, le long-métrage décide de transformer le justicier britannique en « Sherlock Holmes » violent, capable d’analyser et d’anticiper les gestes de ses adversaires. Le superhéros urbain passe la majorité du divertissement à résoudre une poignée de crimes divers, jusqu’au moment où il sera confronté à un puissant sociopathe de la mafia russe, un adversaire d’intelligence et de violence comparables.
Le méchant en question, le chien dangereux d’un criminel russe, est très certainement captivant. Par moments plus captivants que notre héros, l’homme du nom ironique de Teddy se révèle être un méchant charismatique et incroyable au même titre que les Joker et Hans Gruber de ce monde. Malheureusement, le manque d’originalité et de constance ne permet pas aux deux personnages et aux deux acteurs de briller à leur plein potentiel. The Equalizer souffre également d’un temps mort avant le troisième tiers, alors que le personnage principal décide d’effectuer un voyage chez des amis. Le long-métrage s’arrête spontanément durant quelques minutes pour déblatérer son exposition, un crime qu’il commet à de multiples reprises, mais avec une gravité moins importante, tout au long du film.
Derrière la caméra, Antoine Fuqua propose une réalisation léchée et très stylisée. Que ce soit dans un affrontement dans un magasin digne d’un film d’horreur ou dans un duel dans un café, le cinéaste utilise plusieurs techniques pour faire de sa violence un élément très artistique et spectaculaire. S’il avait été capable de générer un sentiment de danger pour nous héros, nous serions aux anges. Hélas, ce n’est pas le cas, avec plusieurs combats / fusillades qui manquent de tension. Fuqua est également à critiquer pour les problèmes de rythme de The Equalizer; un divertissement que l’on aurait pu amputer de plusieurs minutes pour créer une expérience cinématographique plus intéressante.
Dans le rôle principal, Denzel Washington impressionne, alors qu’il livre une performance à la hauteur de sa réputation, en plus d’être redoutable dans les scènes d’action. Face à lui, Marton Csokas (xXx) ne se laisse pas impressionner, bien que l’on aurait préféré un peu plus de viande autour de l’os, pour ne pas le voir comme un vulgaire homme de main. Chloë Grace Moretz (The 5th Wave) a également un petit rôle secondaire, alors que l’actrice interprète une prostituée se liant d’amitié avec notre héros. Melissa Leo (Olympus Has Fallen), Bill Pullman (Lake Placid) et Johnny Messner (4Got10) ont aussi des caméos dans cette production.
The Equalizer se sert de la prémisse d’une série télévisée pour créer un nouveau héros surfant sur la vague des Liam Neeson de ce monde. Sauf que ce divertissement propose une réalisation assez intéressante et un acteur au sommet de sa forme, ce qui lui permet de se démarquer, malgré de sérieux problèmes…


Réalisation : Antoine Fuqua
Scénario : Richard Wenk
Avec : Denzel Washington, Marton Csokas, Chloë Grace Moretz, David Harbour, Haley Bennett, Bill Pullman, Melissa Leo, David Meunier, Johnny Messner

The Equalizer (2014)
3.4

Résumé

Denzel Washington se métamorphose en légende du cinéma d’action avec The Equalizer

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *