Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Hobbit : The Desolation of Smaug (The) (2013)

Résumé : Alors que Gandalf (Ian MacKellen) part dans une quête afin de trouver la source du mal, Bilbo (Martin Freeman) et les nains continuent leur voyage vers la montagne afin de terrasser Smaug ( Benedict Cumberbatch) et de récupérer le royaume des nains.

Critique : 

Deuxième volet de la trilogie inspirée d’un livre de trois cents pages, The Hobbit : The Desolation of Smaug s’est révélé être une déception pour moi. Bien que le film ait une certaine qualité, mes attentes (trop hautes ?) n’ont pas été comblées. Les limites de l’adaptation sont très flagrantes. Comme Bilbo qui se fait corrompre par l’anneau. Même si son aventure n’est pas aussi éprouvante, par-rapport à l’anneau, que celle de Frodon, la corruption du personnage par l’anneau n’est présente qu’au début du film, lors de l’entrée dans la forêt. Ensuite, Bilbo utilise l’anneau comme Superman utiliserait sa super-force, de façon naturelle et sans grandes conséquences.

Heureusement, The Hobbit : The Desolation of Smaug parvient enfin à décentraliser l’histoire. Rien n’est plus centré sur Bilbo, si bien que par-moments, nous avons l’impression de revenir à l’époque de la première trilogie, si ce n’est que trop peu trop tard. Après deux long-métrages, mis à part Bilbo, Gandalf et Thorin restent encore les seuls personnages notables de la compagnie. Même l’ajout de Legolas et de Tauriel en Elfes «badass» ne peut rien. Tout comme les caméos de Galadriel (Cate Blanchett), de Peter Jackson et d’un des personnages de la trilogie principale dont je vais taire l’identité pour ne pas spoiler…

Et même avec l’ajout de détails sur les personnages, des Efles et des caméos, on peut trouver le moyen de s’emmerder. Le film dure presque trois heures. La version longue de la précédente trilogie m’a paru plus courte que la version courte de cet opus.  Entre la sortie de la forêt et l’arrivée de Bildo dans l’entre du dragon, le long-métrage est long et pénible. Le trente ou soixante minutes passées à traverser un lac en bateau, à attendre en ville et à regarder un flanc de montagne m’a semblé être une éternité.

À la réalisation, Peter Jackson se débrouille plutôt bien. Sans avoir la magie des 4 premiers opus, il nous offre un beau spectacle, aidé par du CGI, bien que la technologie a parfois des limites. Par-contre, il faut dire que le dragon est extrêmement bien fait (et interprété). Un Oscar en vue qui sait? Par-contre, je ne sais pas si ce fut moi le problème, mais le fait de regarder se film en 3D fut une expérience horrible. À quelques reprises, je ne voyais rien avec ses lunettes, donc je les retirais pendant quelques minutes, ce qui étonnamment a amélioré la clarté de l’image/action…

3.5/5


Directeur :  Peter Jackson

Scénariste : Fran Walsh, Philippa Boyens, Peter Jackson, Guillermo del Toro

Acteur : Ian McKellen, Martin Freeman, Richard Armitage, Benedict Cumberbatch, Orlando Bloom, Evangeline Lilly, Lee Pace, Luke Evans

The Hobbit : The Desolation of Smaug (2013)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.8
Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :