Actionerd

Paradis du cinéma d'action

The Prince (2014)

Résumé : Lorsque sa fille disparaît, un mécanicien (Jason Patric, The Lost Boys) ayant un passé trouble et violent, est forcé de retourner dans sa ville natale afin de la retrouver et de la protéger d’un gangster (Bruce Willis, Die Hard).

Critique : 

Il y a un truc qui me trouble avec le choix que certains studios font, lorsqu’ils décident de publiciser certains longs-métrages. Par-exemple, pour The Prince, les bandes-annonces montraient Bruce Willis comme un acteur principal. Cependant, il n’est présent que pour quelques minutes seulement, tout comme Curtis « 50 Cent » Jackson (Escape Plan) ou John Cusack (2012). Un nombre considérable de films abusent de cette stratégie publicitaire, ce qui crée une certaine frustration de la part des cinéphiles.

Ce qui est tout à fait compréhensible, et c’est aussi ce qui explique, en partie, le mauvais accueil général du public envers The Prince. Pourtant, ce film est plutôt sympathique. Même si le scénario est une autre variation de Taken (Un papa «badass» devant sauver sa fille des méchants dans un endroit géographiquement éloigné de sa maison.), The Prince a quelques cartes (Que je vais taire pour ne pas spoiler.) dans sa manche qui font de ce film autre chose qu’une simple copie d’un blockbuster. À quelques reprises, on peut s’attendre que le long-métrage aille dans une direction X, sauf que la trame narrative se permet quelques détours en chemin, ce qui est presque rafraîchissant.

À la réalisation, on retrouve Brian A. Miller, que l’on a côtoyé dans The Outsider. Sans être un expert de son style, on peut noter qu’il s’est grandement amélioré dans deux longs-métrages. The Prince est bien filmé, à l’exception d’une flashback en particulier, j’adore la cinématographie de Yaron Levy et les scènes d’action sont sympathiques, en tenant compte du budget. Par-contre, Miller aime l’utilisation d’une technique qui donne une sorte de ralenti flouté dans quelques scènes, ce qui leur donne un aspect plutôt étrange.

Également, il faut noter les gaffes du monteur et/ou réalisateur qui ont laissé quelques faux-raccords juteux. Dans le rôle titre, Jason Patric nous offre une bonne performance et parvient à porter The Prince sur ses épaules avec dignité. Voir l’acteur dans d’autres rôles du même genre sera un grand plaisir pour moi. Son «acolyte» Jessica Lowndes (90210) est aussi douée et plaisante à regarder. En général, il faut admettre que le casting est bon (mention honorable à Cusack), si nous excluons Bruce Willis, qui en plus de traverser l’écran pendant quelques minutes, ne semble pas intéressé à bien jouer la majorité de ses scènes. Aussi, il faut de demander l’utilité d’avoir 50 Cent au casting. Il n’est visible que pour une scène, en jouant un personnage qui aurait pu être retiré du scénario sans avoir aucun effet sur la trame narrative. Il faut croire que sa présence devait être une requête de la trentaine de producteurs présents derrière la caméra…

The Prince est un bon film. Certes il n’a pas l’ambition d’un Taken, mais il sera vous divertir, si vous n’avez pas trop d’attentes au sujet de Bruce Willis

3.25/5


Réalisation : Brian A. Miller

Scénario : Andre Fabrizio, Jeremy Passmore

Acteur : Jason Patric, Jessica Lowndes, Gia Mantegna, Bruce Willis, Rain, John Cusack, Curtis « 50 Cent » Jackson, Don Harvey, Jesse Pruett

The Prince (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.5

En conclusion

Sans révolutionner le genre, The Prince est un bon petit film. Courrez le prendre à votre club-vidéo le plus proche…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :