The Rhythm Section (2020)

Résumé : Une femme cherche à se venger de ceux qui ont orchestré un accident d’avion qui a tué sa famille.

Critique : 

En attendant la conclusion de la version actuelle de James Bond, les producteurs de ces films espèrent lancer une série de films avec les romans de l’écrivain Mark Burnell. Avec la collaboration de l’écrivain, une actrice assez jeune qui se donne corps et âme dans un rôle éprouvant et une réalisatrice devenue célèbre grâce à son travail dans la populaire série américaine The Handmaid’s Tale, The Rhythm Section a tout pour réussir.

Stephanie, une jeune femme sur un chemin destructeur, se fait contacter par un journaliste. Il lui apprend que l’accident ayant causé la mort de sa femme était en réalité un attentat terroriste. Dévastée, elle part à la recherche d’un certain monsieur B, un espion sachant tous les détails de l’incident ainsi que l’identité des coupables. À la demande de Stephanie, l’espion accepte de l’entraîner afin qu’elle obtienne justice.

The Rhythm Section ne réussit pas à attendre l’objectif mentionné il y a quelques lignes de cela. Sans avoir lu le roman, on sent que Mark Burnell, qui a écrit le roman ainsi que le scénario du film, tente d’insérer le plus d’éléments possible dans un format bien trop court. Après tout, Stéphanie est une jeune étudiante prodigieuse d’Oxford qui se transforme en une prostituée consommatrice de drogues, pour ensuite devenir une tueuse en série entraînée par un agent du MI6 en disgrâce vivant dans une cabane près d’un lac.

L’oeuvre a une durée de moins de deux heures et un rythme un peu lent. Au départ, chaque événement prend une éternité à arriver. On a l’impression que le film ne va pas assez vite. Mais, la pauvre femme vit tellement d’aventures en quelques jours. La dernière demi-heure n’est malheureux assemblage de la vengeance de Stéphanie. The Rhythm Section donne ainsi l’étrange impression que tout va trop vite. C’est une sensation assez étrange, surtout que l’on sent que quelques scènes manquent ici et là.

Il suffit de visionner les bandes-annonces de l’oeuvre pour noter quelques coupures. Pourquoi avoir pris tant de temps pendant une heure pour introduire et entraîner une femme modeste, si ce n’est que pour rater la conclusion. Heureusement l’histoire est assez simple. Comme tout bon film d’espionnage, il y a de nombreux revirements, certains plus prévisibles que d’autres. Les fondations de The Rhythm Section se basent sur des méchants Arabes qui aiment faire des bombes.

Ce manque d’originalité nous permet de nous perdre dans les professions de foi que le film nous demande de faire. Dès que l’on ressort du cinéma et que l’on réfléchit à ce que l’on vient de visionner, rien n’a réellement de sens. On ne comprend toujours pas où le film a voulu nous amener. Et de plus, sans divulguer la conclusion de The Rhythm Section, notre pauvre tueuse ne tue de sang-froid avant les deux dernières minutes du long-métrage. Oui violences et tragédies surviennent. Sauf qu’à chaque occasion on peut argumenter que notre pauvre tueuse n’est pas la cause de la mort des personnes qu’elle tente de tuer.

Oui Blake Lively (The Shallows) est superbe dans le rôle principal. L’actrice est plutôt solide. Intense et investie durant l’action, on regrette presque que Lively n’ait pas un meilleur projet entre les mains. La réalisatrice Reed Morano profite beaucoup du dévouement de son interprète. Elle nous propose de longs plans avec peu d’artifices. Elle ne se gêne pas pour montrer à quel point Blake Lively a souffert pour The Rhythm Section et c’est tout à son honneur.

Jude Law (Sherlock Holmes) est aussi sympathique. Il a la lourde tâche d’entraîner la jeune femme démunie. Il apporte un humour nécessaire en plus d’obtenir la meilleure scène du film, durant une simple bagarre avec Lively. C’est dommage qu’à un certain moment, The Rhythm Section n’ait plus aucune utilité pour son personnage. Notons également que Sterling K. Brown de la série This is Us est également présent dans un petit rôle de soutien que je vais tenir secret.

The Rhythm Section a l’audace de se conclure un affichant la possibilité d’une suite. Il est peu probable que cela arrive puisque The Rhythm Section n’a pas réussi l’introduction de l’héroïne de sa future saga cinématographique. Au moins, Blake Lively nous offre un solide spectacle, ainsi que de rares scènes d’action merveilleusement orchestrées.


Réalisation : Reed Morano

Scénario : Mark Burnell

Avec : Blake Lively, Jude Law, Sterling K. Brown, Daniel Mays, Max Casella, Geoff Bell, Raza Jaffrey, Richard Brake

The Rhythm Section (2020)
2

Résumé

The Rhythm Section est une tentative ratée pour créer une nouvelle franchise d’espionnage centrée sur l’opposée de James Bond.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *