Actionerd

Paradis du cinéma d'action

The Ultimate Weapon (1998)

Résumé : Un mercenaire surnommé Cutter (Hulk Hogan) décide d’interrompre une mission qu’il croyait accomplir pour l’ONU. Les véritables commanditaires, des terroristes, décident de se venger en traquant Cutter…

Critique : 

Dans une précédente critique, j’ai parlé du fait que j’étais heureux de voir des québécois dans un cinéma de genre. Ici Carl Marcotte (Lance et Compte) et Daniel Pilon (Dallas) partagent la vedette avec Hulk. Comme vous avez pu le remarquer, ce n’est pas le Hulk vert de Marvel, mais le Hulk blond qui a besoin d’une doublure pour courir, chose que l’on voit dans le dernier tiers de ce film.

Et oui, comme si ce n’est pas déjà évident, The Ultimate Weapon fait partie du côté obscur du cinéma d’action. Pourtant le film est réalisé par Jon Cassar, connu pour être une des têtes pensantes derrière Nikita (La première série), 24 et The Kennedys. S’il est un grand homme de télévision, il est plutôt moyen au grand écran. Un homme avisé pourrait dire que Cassar avait quelques difficultés à réaliser The Ultimate Weapon.

Nous avons juste à regarder les vêtements que portent les personnages. Bien que nous sommes dans les années 1990, je doute fort que la mode, lors d’affrontements armés demandant du camouflage et de l’infiltration, était de porter des vêtements jaunes fluorescents. Mais bon, après-tout Hulk Hogan a hérité de vêtements trop petits pour sa taille, même si ce n’est pas autant dramatique qu’un certain afro-américain, en sous-vêtements, dans une scène précise du film…

Pour revenir à la réalisation, Jon Cassar parvient à faire un nombre important de faux-raccords en champ/contrechamp. Au début, c’est irritant, mais après 90 minutes, s’en est une blague. Par-contre, il parvient à insinuer un certain rythme au long-métrage. The Ultimate Weapon est un mauvais film avec un faible budget qui parvient à maintenir l’attention du spectateur…

Pour ce qui est des acteurs, nous avons le droit  à un éventail de performances. Carl Marcotte n’est aucunement crédible dans un rôle de mercenaire. Lorsqu’il se bat ou qu’il joue du fusil, il est à la limite du ridicule, et pourtant c’est un excellent acteur, possiblement le meilleur de la distribution, sauf dans les scènes d’action… Et c’est un élément que les hommes travaillant sur The Ultimate Weapon avait compris. Lorsqu’il a le deuxième personnage en importance, sa présence dans la bande-annonce du film se limite à une demie-seconde, un demie-seconde qu’il passe dans un flou total en arrière-plan.

Daniel Pilon est suffisamment crédible en terroriste international pour croire en son personnage, ce qui est assez difficile, parce que le scénario est exécrable. Le nombre de «one-liners» ferait pâlir un Arnold Schwarzenegger et le script regorge d’incohérences comme lorsque le vilain préfère protéger un bibelot, qui est visiblement acheté dans une grande surface, plutôt que de rattraper la fille de Hogan et de poursuivre le viol qu’il avait débuté. Mais bon, The Ultimate Weapon fait partie des mauvais films agréables à regarder, ce qui est toujours mieux que les bons films désagréables à regarder…

1.75/5


Directeur : Jon Cassar

Scénariste : Robert Paul Marius

Acteur : Hulk Hogan, Carl Marcotte, Daniel Pilon, Cynthia Preston

The Ultimate Weapon (1998)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
1.6
Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :