Tomb Raider (2018)

Résumé : Lara Croft, la fille indépendante d’un aventurier disparu, doit repousser ses limites lorsqu’elle se retrouve sur l’île où son père a dusparu.

Critique :

Tomb Raider fut déjà adapté au grand écran avec Angelina Jolie (Salt) à deux reprises par le passé. Ces divertissements n’étaient pas parfaits, mais ils offrent un profond divertissement pour le spectateur à la recherche d’un petit moment pop-corn. Cette fois-ci, le personnage est de retour au-devant de la scène dans une adaptation qui se veut être plus sérieuse et plus fidèle à la source; se basant sur le dernier reboot des jeux vidéos. Mais avec la mauvaise réputation des adaptations cinématographiques de ce média, est-ce que Tomb Raider saura se débarquer et être un bon long-métrage?

Dès les premiers instants où Lara Croft combat dans un duel à la sauce MMA, nous sentons que Tomb Raider tentera par tous les moyens de nous séduire. Et, en tant que cela, le film n’est pas un désastre. Cette critique risque d’être très sévère, mais Tomb Raider n’est pas un film très surprenant. Bien que cela ne soit pas un défaut en soi, il reste que le long-métrage reprend essentiellement le scénario de Indiana Jones and the Last Crusade. Certes, le ton et le contexte sont différents, mais les deux divertissements suivent la même route, à un point tel que l’on peut facilement deviner l’issue de Tomb Raider.

Enfin jusqu’au dernier tiers où le long-métrage décide de changer la tombe d’Himiko pour sombrer dans une vaine tentative pour séduire la masse critique des cinéphiles. Une tentative que nous n’allons pas vous spoiler. C’est bien dommage, car si l’on revient au début de Tomb Raider; le film était prometteur. Tant que son personnage principal n’atteint pas l’île maudite, le long-métrage est diablement intéressant, et pour autre chose que ses scènes d’action. Mais malheureusement, l’introduction du personnage ne réussit pas à satisfaire les attentes qu’elle engendre les deux derniers tiers du film. Parce que par la suite, les scénaristes se sont repliés sur le classique de Steven Spielberg en insérant quelques moments clés du jeu pour satisfaire les fans. Notons qu’il y a aussi un effort un peu trop soutenu pour créer un univers à Tomb Raider, ce qui vient plomber quelques scènes. Espérons que Tomb Raider aura des suites pour que ces moments puissent servir à quelque chose…

Techniquement parlant, Tomb Raider n’est pas si mauvais. Roar Uthaug (The Wave) est un excellent cinéaste. Il le démontre pour sa première réalisation hollywoodienne. Tomb Raider est joli avec une bonne direction photo et des plans de caméra superbes. Le seul défaut consiste à l’ennui que l’on ressent une fois sur l’île, mais c’est plus un problème scénaristique qu’autre chose. D’ailleurs, Uthaug parvient à pimenter cet ennui avec des reproductions efficaces de séquences du jeu vidéo et un bon affrontement final entre Lara Croft et le grand méchant du film. Autre bémol, certains effets numériques et fonds verts manquent un peu de finition, pour une production de cette ampleur…

Dans le rôle-titre, Alicia Vikander (Ex Machina) est trop bonne pour le scénario qu’elle a entre les mains. L’actrice est parfaite et fait ses preuves dans les scènes d’action. Elle est le meilleur choix possible pour mener une éventuelle franchise entourant ce personnage. Walton Goggins (The Shield) est agréable comme le méchant de service, tout comme Dominic West (The Wire) dans un rôle de soutien. Seule déception, Daniel Wu (New Police Story) est terriblement sous-utilisé en étant qu’un pêcheur apportant son aide à Lara Croft.

Durant deux heures, nous suivons une cinématique de jeu où Lara Croft vit les aventures d’un célèbre archéologue interprété par Harrison Ford. Tomb Raider a quelques bons moments, mais n’offre rien de mémorable. Dès que l’on sort de la salle de cinéma, on oublie très rapidement cette adaptation d’un jeu vidéo bien supérieur.


Réalisation : Roar Uthaug

Scénario : Geneva Robertson-Dworet, Alastair Siddons, Evan Daugherty

Avec :  Alicia Vikander, Dominic West, Walton Goggins, Daniel Wu, Kristin Scott Thomas, Derek Jacobi

A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.