VFW (2019)

Résumé : Un groupe d’anciens combattants doit défendre leur établissement pour les vétérans de guerre ainsi qu’une adolescent innocente contre un trafiquant de drogue dérangé et son armée acharnée de mutants.

Critique : 

Depuis le succès du premier The Expendables, un bon nombre de vedettes âgées revivent leurs heures de gloire avec un dernier verre pour la route. Un dernier effort pour créer un film d’action spectaculaire pouvant plaire à plusieurs générations. Cette fois-ci, VFW nous propose de retrouver Stephen Lang (Tombstone), William Sadler (Die Hard 2), Fred Williamson (Boss Nigger), Martin Kove (la saga Karate Kid) et David Patrick Kelly (les séries Twin Peaks). Et ces vieux salopards sont coincés dans un bar miteux pour un dernier verre pour la route…

C’est une nuit comme les autres au VFW du coin. Le bar pour les anciens combattants fête l’anniversaire de son propriétaire. L’autre bord de la rue se trouve un gang criminel. Ses membres sont des esclaves à une drogue faisant ravage aux États-Unis. Son leader se prépare à une importante transaction, mais l’une de ses adeptes profite de l’occasion pour voler la substance pour venger la mort de sa sœur, également droguée. Poursuivie par une horde de sauvages, elle n’aura d’autre choix que de se réfugier dans cet établissement rempli d’anciens combattants.

VFW est une véritable virée dans le monde du VHS. À mi-chemin entre un classique du cinéaste John Carpenter, un film d’exploitation italien / philippin et Turbo Kid, le long-métrage nous plonge dans un univers granuleux et sanglant. Aucun effet par ordinateur n’est en vue. Tout ce que nous avons c’est des litres de sangs, et des vieux acteurs qui broient – littéralement – le crâne de ses adversaires.

S’il avait été sorti des décennies plus tôt, VFW aurait certainement été un film culte. Le cinéaste Joe Begos (Almost Human) prend sa caméra, y applique un filtre granuleux, et plonge dans un carnage pouvant choquer certains spectateurs. Heureusement, il le fait avec panache et avec du bon coup. Rien n’est réellement déplacé, et avec en son sein des militaires assez intéressants. L’histoire de VFW est assez simple, mais elle prend le temps de développer ses personnages. Il n’y a pas de message social ou une profonde réflexion, c’est juste des êtres humains qui tentent de survivre.

À la base, VFW est un « Expendables » pour des acteurs oubliés par la populaire franchise. Avec beaucoup de matériel pour s’éclater et plusieurs drogués à tuer, toute la distribution semble d’éclater. Lang livre une performance profonde et nuancée, avec ce gérant de bar qui a plusieurs aspects sinistres dans son placard. Williamson est tout simplement un charme. L’acteur n’a pas une présence remarquée, mais cela fait du bien de le voir dans un projet de qualité. Et puis, il y a William Sadler. Son ivrogne emprisonné dans le passé est adorable et il obtient clairement les meilleures scènes du divertissement.

Le seul véritable défaut de VFW réside dans ses adversaires. Oui, il est clair que le scénario de l’oeuvre à ses limites et qu’il y a des éléments qui ne seront pas pour tout un chacun. Néanmoins, il est plus que dommage que ces vieux salopards n’aient pas un méchant intéressant. Malgré une introduction agréable, ce dernier passe son temps à regarder au loin. L’action provient de ses hommes de main qui agissent comme des zombies, sans être réellement des zombies.

C’est perturbant, car on ne sait jamais si VFW veut être un film d’horreur ou être un film d’action avec des décapitations sanglantes. Une minute quelqu’un peut se cacher dans l’ombre pour surprendre un personnage, et le spectateur par la même occasion. Une autre minute, un géant se promène dans le bar et décide de se transformer en un Terminator des pauvres. Il manque simplement de finesse dans la conjugaison des genres. Parfois au lieu de travailler ensemble, l’action et l’horreur semblent faire compétition pour un objectif relativement simple : nous divertir…

VFW est un excellent film. Peu recommandable à une certaine portion de la population, VFW nous replonge à une époque qu’un jeune public ne peut comprendre. À une époque où les héros étaient plus grands que nature et où personne n’avait peur d’une belle orgie sanglante.


Réalisation : Joe Begos

Scénario : Max Brallier, Matthew McArdle

Avec : Stephen Lang, William Sadler, Fred Williamson, Martin Kove, David Patrick Kelly, George Wendt, Tom Williamson, Sierra McCormick, Travis Hammer, Dora Madison

VFW (2020)
4

Résumé

VFW réunit des acteurs cultes et leur demande tout simplement de tuer des drogués pendant 90 minutes…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *